Accord social 2019-2020
Le feu rouge de la FGTB franchi sans encombre

Approuvé par tous les représentants des employeurs (FEB, UCM, Unizo, Boerenbond) et par deux syndicats sur trois, l'accord interprofessionnel 2019-2020 sera mis en œuvre. Comme en 2015-2016, le rejet du syndicat socialiste sera sans effets. La négociation sociale fédérale fonctionne même si la FGTB n'y adhère plus que par éclipses.

Le gouvernement a promulgué lui-même la marge salariale (1,1 % d'augmentation possible au-delà de l'indexation estimée à 3,44 %). Elle encadre les négociations dans les secteurs et les entreprises.

Onze des douze conventions collectives nécessaires à l'application de l'accord ont été signées au Conseil national du travail (CNT). Ces conventions prévoient notamment l'augmentation de 100 à 120 du nombre d'heures supplémentaires possibles sur un an, un relèvement de l'âge nécessaire pour accéder à la prépension (RCC), une activation d'une partie de l'indemnité de préavis pour faciliter la remise à l'emploi, etc.

La douzième convention, mise en échec par la FGTB, prévoyait d'augmenter le salaire minimum de 1,1 % dès juillet et d'ouvrir des négociations pour voir comment aller plus loin sans alourdir le coût salarial pour l'employeur. Un groupe de travail va se réunir sans attendre et proposera avant le 1er juillet des pistes pour aller au-delà de 1,1 % sans impact sur les entreprises.

Environ 200.000 salariés sont au salaire minimum garanti, qui varie un peu selon les secteurs mais se situe autour de 1.600 euros brut par mois. L'objectif de la FGTB est de le porter à 2.300 euros par mois. Cette augmentation de 43,8 % concernerait en fait un salarié sur trois, puisqu'ils sont environ un million sous le seuil de 2.300 euros.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Paiements électroniques
    La baisse des tarifs ne se fait pas sentir

    Depuis 2015 le prix a baissé de 2 % à 26 %. Alors pourquoi les commerçants ont-ils un ressenti différent ?
    Lire la suite
  • La musique doit se payer
    Unisono, la plateforme qui simplifie les démarches

    Il faut payer des droits d'auteur à la Sabam et des droits dits voisins à la Simim et à Playright. Cela fait des années qu'UCM demande à ces trois sociétés de s'harmoniser. Message reçu.
    Lire la suite
  • La CSC affilie des indépendants
    Le syndicat chrétien ratisse (trop) large

    Si la CSC se pique de défendre les indépendants, elle devrait réclamer l'égalité en matière de pension, la baisse des cotisations à 20 %...
    Lire la suite
  • Nouveau congé parental
    Un dixième temps : l'employeur peut refuser

    La nouvelle formule à un dixième temps peut être refusée. C'était une exigence UCM...
    Lire la suite