Bye-bye Britain
Les PME doivent anticiper le Brexit

Le scénario d'un Brexit dur, au 30 mars et sans accord, devient de plus en plus probable. Le SPF Finances s'y prépare activement. Il recrute une première vague de 141 douaniers et publie sur son site des informations détaillées à l'intention des entrepreneurs. Le Brexit Impact Scan a été mis en place. Cet outil en ligne permet aux entreprises belges d'obtenir une analyse sur mesure des risques encourus, sur la base d'un questionnaire.

Le Royaume-Uni représente 9 % des exportations belges et 5 % des importations. Les règles intracommunautaires ne seront plus en vigueur, en particulier pour la TVA. Un numéro Eori sera indispensable. La FEB estime que 20 % seulement des 5.000 grandes entreprises concernées l'ont demandé. C'est à faire rapidement, tout comme les demandes de remboursement de 2018 via VAT Refund, qui doivent être introduites avant le 1er mars.

L'industrie alimentaire, qui réalise outre-Manche un chiffre d'affaires annuel de 2,7 milliards d'euros, est particulièrement concernée. Les longues attentes prévues dans les ports peuvent constituer un problème pour les produits à durée de conservation courte. Et surtout, les contrôles phytosanitaires devront en principe être dupliqués.

Toute PME qui vend au Royaume-Uni ou y achète un bien ou service a vraiment intérêt à consulter le Brexit Impact Scan et les infos publiées et mises à jour sur le site du SPF Économie.

[ economie.fgov.be }

Autres actus se rapportant au sujet

  • Trophées
    EEAwards

    Le Prix de l'énergie et de l'environnement récompense ceux (citoyens, entreprises, institutions...) qui contribuent à la construction d'une économie durable.
    Lire la suite
  • Indemnités maladie
    Payer dès le premier jour, oui mais comment ?

    La Chambre a voté une résolution Écolo-Groen afin d'indemniser les indépendants dès le début d'une longue incapacité de travail.
    Lire la suite
  • Commerce indépendant
    Le jour de fermeture est une protection

    Commerce, la N-VA réclame la suppression du jour de repos obligatoire. "Fausse bonne idée" a réagi l'UCM.
    Lire la suite