Le commerce en situation précaire
Les soldes d'hiver, un moment crucial

UCM a interrogé les commerçants indépendants wallons et bruxellois des secteurs saisonniers (habillement, chaussure, maroquinerie) à la veille des soldes de janvier. Le secteur a énormément souffert depuis le début de la pandémie. Dans six magasins sur dix, le chiffre d'affaires reste inférieur à ce qu'il était il y a deux ans, avant la crise. Quatre professionnels sur dix estiment qu'ils auront besoin d'argent frais pour redémarrer dans de bonnes conditions. Les montants ne sont pas énormes, entre 5.000 et 25.000 euros dans la plupart des cas. Mais quand on ne les a pas…

Les commerçants indépendants ne sont pourtant pas restés les bras ballants dans l'adversité. La réaction la plus spectaculaire est le passage à la vente en ligne. Moins d'un professionnel sur cinq proposait des articles sur le web il y a deux ans. Ils sont aujourd'hui plus de 60 %. La proportion a donc été plus que triplée en un temps record.

Ils ont aussi adapté leurs commandes. En volume tout d'abord, ce qui leur a permis d'aborder les soldes de janvier avec des stocks, dans l'ensemble, raisonnables. Ils ont aussi dû tenir compte de l'effet du boom du télétravail. Non seulement les consommateurs ont davantage commandé en ligne. Non seulement la clientèle s'est déplacée des grands centres urbains vers des noyaux commerciaux plus modestes ou périphériques. Mais ils ont aussi changé leurs habitudes. Quand on travaille chez soi, on s'habille plus confortablement. La demande de vestons ou de jupes a diminué au bénéfice des gros pulls et pantalons larges.

Dans un contexte financier difficile après quasiment deux ans de restrictions, les soldes de janvier sont un rendez-vous crucial pour nombre de commerçants. Il s'agit de valoriser au mieux son stock pour reconstituer des liquidités. La période a donc commencé avec des pourcentages de réduction relativement modérés, qui augmenteront au fil du temps. Il y aura, pour les consommateurs qui sont plus de 50 % à acheter en soldes, des bonnes affaires à réaliser jusqu'à la fin du mois.

 

Premiers jours en demi-teinte

 

Pas de grosse affluence, mais un panier moyen consistant : telle était l'appréciation des commerçants sur les premiers jours des soldes. Avec une satisfaction particulière en région liégeoise, car les magasins sont fermés aux Pays-Bas et pas mal de Néerlandais ont passé la frontière pour effectuer des achats.

Les consommateurs ont retrouvé, en partie, le goût du shopping plaisir. Ils font du lèche-vitrines sans idée précise et profitent des réductions sur des articles coups de cœur. Les commerçants ont besoin de ces achats impulsifs, qui manquaient l'an dernier, pour boucler leur chiffre d'affaires.

La limitation à deux personnes ensemble dans les magasins est peu handicapante. Cela n'empêche pas de flâner en famille élargie ou entre ami(e)s : au moment d'entrer dans le magasin, le groupe se scinde. Pouvoir être deux est nettement moins désagréable que devoir être seul, comme ce fut le cas pendant de longues semaines.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Tensions monétaires
    Inflation et hausse des taux d'intérêt

    L'inflation galope. L'indice-pivot, dont le franchissement déclenche une hausse de 2 % des salaires des fonctionnaires et des allocations sociales, a été dépassé en décembre et le sera en février. Une double indexation aussi rapide est inédite depuis 1982
    Lire la suite
  • Inondations
    Aide

    Les commerçants situés dans une des 209 communes sinistrées peuvent obtenir une aide à la relance de 5.000 euros maximum, sous forme de remboursement de frais. C'est le dispositif "restart shop"
    Lire la suite
  • Sanction du vol à l'étalage
    Une procédure simple pour punir les délinquants

    Les vols à l'étalage vont peut-être, enfin, être sanctionnés. Les policiers peuvent, depuis le 1er janvier, infliger une amende sur-le-champ aux chapardeurs pris en flagrant délit.
    Lire la suite
  • Namur : ateliers participatifs
    Quel avenir pour le centre-ville ?

    Poursuivant sa réflexion, la Ville a mené deux études en 2021 : l'une sur le stationnement et la circulation au centre-ville, l'autre sur une possible extension du piétonnier.
    Lire la suite