Création d'entreprise
Record national, la Wallonie à la traîne

Chaque année, Graydon, UCM et Unizo publient l'atlas starters, qui analyse la création d'entreprise dans le pays. L'an dernier, 100.113 entreprises ont été créées, en personnes morales ou personnes physiques, y compris les activités complémentaires. C'est un record. Compte tenu des cessations, le gain net est de 22.607.

L'horeca est un des rares secteurs où le nombre d'entreprises diminue.
© Patrick Lefevre/Belpress.com

Ce sont d'excellents chiffres, mais l'analyse régionale montre une évolution nettement moins favorable en Wallonie. Le nombre d'entreprises actives n'y a augmenté que de 932 unités en 2018.

L'évolution est spectaculaire sur les cinq dernières années. En 2013, il n'y avait que 77.471 starters dans le pays. La Wallonie est passée de 21.922 à 24.457, Bruxelles de 10.863 à 13.112. Toutefois, si la tendance de l'an dernier reste à la hausse en Flandre (+ 11,5 %) et dans une moindre mesure à Bruxelles (+ 5,3 %), la Wallonie plafonne. Le nombre de créations a même légèrement reculé l'an dernier (- 0,2 %). Parmi les nouvelles entreprises, 62 % sont flamandes, 12 % bruxelloises et seulement 23 % wallonnes (3 % indéterminés). L'autre mauvaise nouvelle est le déséquilibre persistant entre les hommes (59 %) et les femmes (41 %).

Le BW champion

Le dynamisme entrepreneurial se mesure au nombre de starters par mille habitants. Bruxelles est en tête (10,9) devant la Flandre (8,9) et la Wallonie qui décroche (6,7). Pourtant, le Brabant wallon est la province la plus prolifique du pays (9,9) ; le Hainaut (6,6) et le Luxembourg (5,7) ferment la marche.

Près de 40 % des starters sont actifs dans le secteur des services aux entreprises (gestion, informatique...). Les professions libérales représentent 15,3 % des créations avec une large prédominance des activités médicales. Dans cette branche, les femmes sont majoritaires.

Deux tiers des entreprises créées en 2014 étaient encore actives à la fin de 2018. Ce taux de survie à cinq ans n'est pas très différent entre la Flandre (66,6 %), Bruxelles (64,2 %) et la Wallonie (63,9 %). C'est entre les secteurs que les différences sont les plus marquées : les professions libérales sont les plus solides, l'horeca est l'activité la plus fragile.

Moins d'un starter sur dix engage un premier salarié dès sa première année de fonctionnement. La proportion est plus élevée en Wallonie (9,9 %) qu'à Bruxelles (9,6 %) et en Flandre (8,1 %).

Pour l'UCM, ces chiffres appellent une réaction wallonne. Il faut travailler davantage l'esprit d'entreprendre dans les écoles, dès le primaire. L'accompagnement des porteurs de projet doit s'intensifier avec une meilleure communication quant aux soutiens financiers publics disponibles. La protection sociale des indépendants doit encore être améliorée en liant le montant de la pension aux cotisations versées. Il est également nécessaire de prolonger au-delà de 2020 la dispense de cotisations patronales à l'embauche du premier salarié.

Autres actus se rapportant au sujet

  • La politique va reprendre ses droits
    Le spectre des élections

    Le coronavirus a mis la crise politique entre parenthèses, mais la nécessité d'un gouvernement de plein exercice s'imposera très vite.
    Lire la suite
  • Aides wallonnes
    Des améliorations bien nécessaires

    Dans un premier temps, il fallait choisir entre l'indemnité et le prêt ricochet. Ce non-sens a pu être corrigé.
    Lire la suite
  • Gestion de crise
    Commission d'enquête très probable

    L'organisation d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus ne fait guère de doute.
    Lire la suite
  • Indépendants malades
    Injustice évitée

    Indemnité journalière accordée aux indépendants dès le premier jour de maladie indiqué sur le certificat, et non pas au jour de la délivrance du certificat.
    Lire la suite