Flambée des faillites
Les chiffres sont pires que la réalité

Avec 11.817 faillites enregistrées l'an dernier, la hausse est de plus de 10 %. Le record absolu de 2013 est chatouillé. Le nombre d'emplois salariés perdus (21.493) est lui aussi en forte augmentation, de plus de 13 %.

La société Graydon, qui publie ces chiffres, les nuance immédiatement par quelques observations. D'abord, les professions libérales et les asbl peuvent faire faillite, ce qui n'était pas le cas auparavant. Cela pousse les chiffres à la hausse, tout comme l'action de plusieurs tribunaux pour liquider les sociétés fantômes. Elles sont entre 130.000 selon la Justice et 350.000 selon Graydon à ne plus avoir aucune activité et à ne pas déposer leurs comptes. Le problème, c'est que dans le tas, certaines servent d'écrans pour des activités frauduleuses. Quant aux emplois perdus, leur nombre est dopé par quelques grosses faillites comme celle de Thomas Cook (650 personnes).

La comparaison avec 2018 est donc périlleuse, mais tout ne va pas bien ! Les emplois salariés perdus dans les TPE (moins de vingt personnes) sont en hausse de quelque 5 %. Le nombre de faillites a augmenté dans quelques gros secteurs comme le commerce (1.280, + 63), la construction (1.038, + 89) et l'horeca (1.111, + 43). C'est ce dernier secteur qui est le plus fragile avec une faillite pour trente établissements l'an dernier.

Le ralentissement de la conjoncture et la perte de confiance des consommateurs et des entrepreneurs apparaissent en filigrane.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Allonger le congé de paternité ?
    Une fausse bonne idée pour les PME

    La Chambre débat de propositions de loi sur le congé de paternité. Au lieu des dix jours actuels, le PS veut vingt jours, Écolo vingt-cinq.
    Lire la suite
  • Dossier GSK
    Appel

    L'impact de la procédure de licenciement collectif sur les fournisseurs et sous-traitants n'est pas clair. UCM appelle ses clients concernés à se faire connaître.
    Lire la suite
  • Namur Capitale digitale
    Un label, un réseau

    Dans la capitale wallonne cohabitent une multitude d'acteurs qui ont pris le train de la digitalisation. La plateforme virtuelle Namur Capitale digitale les rassemble au sein d'un réseau.
    Lire la suite
  • Cotisations sociales
    Achever la réforme

    Depuis 2015, les indépendants paient leurs cotisations sociales (20,5 %) sur leur revenu brut de l'année en cours. Si l'ajustement à la hausse peut se faire sans problème, c'est plus compliqué quand les revenus baissent.
    Lire la suite