La Commission et le commerce
Une vision d'avenir à corriger

La Commission européenne a publié un document sur l'avenir du commerce de détail. Il va sans surprise dans le sens d'une extrême libéralisation. L'intention est de balayer les législations nationales restrictives quant aux implantations commerciales, aux périodes de réduction et aux jours et heures d'ouverture. L'avenir est aux prix bas, à l'e-commerce et à la dérégulation.

Le Comité économique et social européen, un organe consultatif de 350 membres qui réunit employeurs, syndicats et certains groupements d'intérêt (agriculteurs, consommateurs…), a remis un avis qui tempère l'enthousiasme destructeur de la Commission. Pour appuyer ses recommandations, le Comité a procédé à des auditions. UCM a pu exprimer ses préoccupations, largement reprises dans le document final.

Le prix n'est pas tout ! Le consommateur est attentif à d'autres facteurs : la qualité, le contact, le service, la durabilité, les circuits courts… Cela justifie de ne pas autoriser une guerre totale en matière de soldes, remises et promotions. Autoriser par exemple la vente à perte sans restriction, c'est donner aux grandes enseignes une arme pour tuer les commerces de proximité.

Le droit au repos n'est pas rien ! La plupart des pays garantissent aux commerçants au moins un jour de repos hebdomadaire et quelques heures quotidiennes de fermeture. C'est une nécessité sociale et également un élément de concurrence équitable entre "petits" et "gros".

L'e-commerce n'est pas tout ! Tout commerce physique n'a pas vocation à vendre en ligne. L'objectif des aides à la consultance et au développement doit rester adapté à la réalité : une présence sur le web et éventuellement des commandes en ligne avec retrait au magasin. L'avenir n'est certainement pas à la dématérialisation totale des magasins. Ils restent au contraire un élément essentiel à la vie urbaine et à l'économie.

Le commerce de détail représente 6,2 millions d'entreprises en Europe, 33,4 millions de travailleurs dont 27,9 millions de salariés.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Chômage temporaire massif
    Les jours de vacances annuelles s'accumulent

    C'est une situation embarrassante pour les entreprises, qui ont besoin de mettre les bouchées doubles d'ici décembre afin de récupérer une partie des pertes du confinement.
    Lire la suite
  • Maternité des salariées
    Charges supplémentaires pour les employeurs

    La nouvelle loi pénalise doublement les employeurs.
    Lire la suite
  • Maladie du travail
    Extension

    La reconnaissance du Covid-19 était comme maladie professionnelle s'étend aux travailleurs des secteurs cruciaux ou essentiels actifs durant le confinement.
    Lire la suite