Bruxelles : le Pentagone en boucles
Good move ou bad move

La Région bruxelloise a mis en œuvre le plan "Good move" dans le Pentagone, le cœur de ville à l'intérieur de la "petite ceinture". Les commerçants et autres professionnels sont dans l'ensemble très sceptiques.

© brussels.be

Le schéma de circulation empêche la traversée du centre-ville. Le trafic est organisé en boucles. Ainsi, il ne peut plus y avoir de véhicules en transit. Comme ils représentaient un tiers du charroi, les encombrements doivent diminuer. Ce qui doit être bénéfique aux transports en commun, encourager la mobilité douce et améliorer la vie des 54.000 habitants. Parmi les objectifs du plan figurent aussi des livraisons plus aisées et un accès simplifié aux commerces via les parkings publics.

C'est le mardi 16 août que les nouveaux sens uniques et zones d'accès limité ont été installés. Malgré la période de vacances, les premiers jours ont été carrément pénibles. Une certaine fluidité du trafic s'est ensuite rétablie, mais les indépendants et PME du centre font état de difficultés et émettent des objections.

Les livreurs n'ont pas la vie facile. Leurs trajets sont considérablement allongés puisque, pour passer d'une boucle à l'autre, il faut regagner la "petite ceinture". Celle-ci est d'autant plus encombrée que le tunnel Trône est partiellement fermé jusque fin janvier 2023. Les employeurs rapportent que leurs salariés ont de grosses difficultés lorsqu'ils quittent leur travail. L'entrée se passe bien. La sortie pose problème.

Les commerçants, en majorité, n'ont pas confiance. Beaucoup pensent que Bruxelles va donner l'image d'une ville trop compliquée à atteindre voire inaccessible. Les habitants et les touristes résidents ne suffisent pas ; les magasins ont besoin de visiteurs d'un jour, venus de la périphérie ou d'un peu plus loin. Or, ces potentiels clients peuvent être rebutés par la zone 30, l'interdiction de certains véhicules, les piétonniers élargis, le coût du parking, les travaux non coordonnés et la circulation en boucles. Il faut développer une sacrée attractivité pour surmonter les objections !

Le gouvernement régional a encaissé les critiques sans broncher. Il ne reviendra pas en arrière, convaincu d'œuvrer pour améliorer la qualité de vie de tous au centre-ville. Mais des aménagements au plan de circulation sont bien entendu possibles si des problèmes perdurent. Les acteurs économiques du Pentagone réclament par exemple un laissez-passer pour utiliser les couloirs des transports en commun, afin de réduire leurs trajets.

goodmove.brussels }

Autres actus se rapportant au sujet

  • Dinant soutient ses commerçants
    Prime à la rénovation

    La Ville de Dinant, via son Agence de développement local (ADL), lance la prime "Dinashop+". Elle encourage les travaux de rénovation des commerces implantés sur la commune depuis au moins cinq ans.
    Lire la suite
  • Shifting economy week
    Vers la neutralité carbone

    La Région bruxelloise organise du 18 au 24 novembre une "semaine de la transition économique". UCM participe activement à l'opération.
    Lire la suite
  • Actiris accompagne les employeurs
    La diversité, un atout pour son entreprise

    Faire du monde du travail le reflet de la société : voilà l'objectif d'Actiris, qui promeut la diversité dans les entreprises de la capitale.
    Lire la suite
  • Aplsia, organisation membre UCM
    Les magasins de proximité face à la tempête

    Aplsia est la fédération des magasins d'alimentation indépendants en libre-service. Elle a fort à faire pour le moment. La crise inflationniste frappe durement le secteur.
    Lire la suite