L'horeca, secteur en crise
Facilités de paiement des cotisations sociales

Le ministre des Indépendants, Denis Ducarme (MR), n'a pas fait dans la demi-mesure en décrétant l'état de crise pour l'ensemble du secteur horeca, soit 71.851 personnes. Celles-ci pourront obtenir, sur simple demande auprès de leur caisse d'assurances sociales, une réduction, un report ou une suspension du versement de leurs cotisations trimestrielles.

Attention toutefois avant d'introduire une demande. Mieux vaut ne le faire qu'en cas de difficultés réelles de trésorerie car les inconvénients sont tangibles. Demander une réduction non fondée n'est guère utile, car un arriéré de cotisations sera réclamé dès que les revenus de l'année seront connus.

Demander un report permet de payer ses cotisations du quatrième trimestre 2018 un an plus tard, sans aucune majoration. Mais il faudra régler son dû, et les éventuels versements à la pension libre complémentaire (PLC) ne pourront pas être déduits fiscalement.

Enfin, demander une suspension est quasi définitif. Si la couverture est maintenue en soins de santé ou pour le droit passerelle (aide financière en cas de faillite ou de cessation forcée), il n'y aura par contre plus de constitution de droit à la pension (sauf rachat possible dans les cinq ans), et les cotisations PLC ne donneront pas lieu à déduction fiscale. Suspendre ses versements apporte donc un vrai soulagement en trésorerie. Cela permet de passer un cap difficile. Mais c'est à utiliser avec parcimonie et discernement.

Autres actus se rapportant au sujet