Nouveau congé parental
Un dixième temps : l'employeur peut refuser

Depuis le 1er juin, les salariés parents d'un enfant de moins de douze ans (vingt-et-un ans en cas de handicap) peuvent demander à ne pas travailler un demi-jour par semaine ou un jour toutes les deux semaines. Ce congé parental à un dixième temps peut être pris par blocs de dix mois, pendant quarante mois au maximum (soit l'équivalent de quatre années scolaires). Le salaire est bien entendu réduit de 10 %. L'Onem paie une compensation de 58 euros net par mois, 109 euros si le parent est isolé.

Le congé parental existe depuis vingt ans. Environ 65.000 salariés en bénéficient, pour la plupart des femmes. Il existait jusqu'au 1er juin en trois formules, combinables mais pas cumulables : le temps plein (quatre mois maximum, par tranches de minimum un mois), le mi-temps (huit mois, par tranches de deux mois) ou le cinquième temps (vingt mois, par tranches de cinq mois). La compensation de l'Onem est proportionnelle. Dans ces trois formules, l'employeur est obligé d'accorder le congé demandé. Il peut seulement exiger un délai de six mois maximum pour s'organiser.

La nouvelle formule à un dixième temps peut être refusée. C'était une exigence UCM tout simplement parce que, dans la plupart des secteurs, il est interdit d'employer une personne à moins d'un cinquième temps. Remplacer le salarié manquant se révèle donc impossible et, dans les très petites entreprises, répartir sa tâche est tout aussi irréalisable.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Chômage temporaire massif
    Les jours de vacances annuelles s'accumulent

    C'est une situation embarrassante pour les entreprises, qui ont besoin de mettre les bouchées doubles d'ici décembre afin de récupérer une partie des pertes du confinement.
    Lire la suite
  • Maternité des salariées
    Charges supplémentaires pour les employeurs

    La nouvelle loi pénalise doublement les employeurs.
    Lire la suite
  • Maladie du travail
    Extension

    La reconnaissance du Covid-19 était comme maladie professionnelle s'étend aux travailleurs des secteurs cruciaux ou essentiels actifs durant le confinement.
    Lire la suite