Péage urbain à Bruxelles
Un projet concret, mort-né… en l'état

Il faut réduire la circulation automobile en Région bruxelloise. Le péage urbain est un outil peu sympathique, mais efficace. L'accord de gouvernement 2019-2024 prévoit de l'instaurer. Mais sous quelle forme ? Plusieurs versions sont possibles.

Bruxelles Environnement et Bruxelles Fiscalité, deux organismes publics, ont planché sur un projet dit "Smartmove", du nom de l'application qu'il faudrait avoir sur son smartphone avant d'entrer dans Bruxelles. Y circuler coûterait un euro par heure entre 7 et 19 heures, 50 centimes entre 10 et 15 heures. S'y ajouterait une redevance de 0,18 ou 0,09 euro par kilomètre parcouru. Les nuits et les week-ends seraient gratuits. La somme à payer serait multipliée par deux si le véhicule fait plus de 9 CV, par trois à partir de 11 CV et jusqu'à six au-delà de 20 CV.

Une telle taxe devrait diminuer la circulation de 10 % et rapporter 482 millions d'euros par an. La mise en place et la gestion coûteraient 70 millions d'euros. Les Bruxellois ne devraient plus payer de taxe de circulation et de mise en circulation, soit 200 millions de recettes en moins.

Le projet Smartmove a mis en colère Flamands et Wallons, qui y voient une pénalisation excessive des navetteurs. À Bruxelles, il a reçu plus de critiques que de soutiens. Le ministre-président Rudi Vervoort (PS) a gelé le dossier. Il y a d'autres soucis pour le moment !

N'empêche : ce ballon d'essai fait mûrir l'idée du péage et oriente le débat à venir.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Actiris aide les employeurs bruxellois
    Entreprise rime avec diversité

    Cela fait plus de dix qu'Actiris, le service public de l'emploi bruxellois, dispose d'un service "diversité" qui accompagne les employeurs.
    Lire la suite
  • Aides régionales complémentaires
    Pour les secteurs encore empêchés

    Les Régions wallonne et bruxelloise ont décidé d'accorder des aides supplémentaires aux entreprises liées à l'événementiel, à la culture et au monde de la fête et de la nuit.
    Lire la suite
  • Une fédération supplémentaire rejoint UCM
    Les vins et spiritueux se réinventent

    Au début de l'été, Vinum Et Spiritus est devenue membre non seulement de la fédération de l'alimentation (Fevia), mais aussi des organisations interprofessionnelles Unizo (flamande) et UCM (francophone).
    Lire la suite