PME : test Covid et télétravail
Trop tard, trop flou, trop contraignant

Le 19 mars, le gouvernement a instauré le testing en entreprise pour éviter les contaminations sur le lieu de travail. En soi, c'est positif. La procédure comporte toutefois des zones d'ombre qui la rendent peu utilisable par les PME. En même temps, au prétexte de mieux contrôler l'obligation de télétravail, une nouvelle obligation administrative est tombée sur la tête des chefs d'entreprise.

On dit que 40 % des contaminations interviennent sur le lieu de travail. Ce n'est pas exact. Il s'agit de 40 % des "clusters" détectés. Dans la sphère privée ou familiale, ils ne le sont guère. Une étude flamande estime à un peu plus de 10 % la circulation du virus dans le cadre du boulot.

Cela reste trop. Il est donc salutaire de pouvoir tester les travailleurs qui ont été exposés à un risque (un proche malade par exemple) et de les mettre éventuellement en quarantaine pour protéger leurs collègues et les clients. La méthode retenue par le gouvernement impose que le test soit volontaire et réalisé par un médecin ou un professionnel de la santé. La question de savoir si un salarié qui refuse l'examen peut être écarté n'est pas tranchée. Celle du coût reste floue. Des tests gratuits ont été mis à disposition, mais en nombre limité. La rémunération de l'acte médical semble être à charge de l'employeur. Les PME sont donc peu nombreuses à pratiquer le testing. La procédure est formatée pour les grandes entreprises, qui ont un service interne de médecine du travail.

La possibilité de test ne permet pas à des télétravailleurs de revenir dans l'entreprise. L'obligation reste inchangée. Au contraire, pour permettre un meilleur contrôle, les employeurs doivent tous déclarer chaque début de mois à l'ONSS (organisme percepteur des cotisations sociales) le nombre de personnes qui prestent dans les locaux de l'entreprise et le nombre de personnes qui ne peuvent pas télétravailler. Il devient alors simple de vérifier qu'il n'y a pas "trop" de gens présents. Cette charge administrative, absurde quand on emploie une ou deux personnes, ne peut pas être déléguée à son secrétariat social !

Autres actus se rapportant au sujet

  • L'ABAJP, organisation professionnelle membre UCM
    Les architectes de la nature

    L'Association belge des architectes de jardins et architectes paysagistes (ABAJP) plaide pour la reconnaissance des professions et pour une meilleure intégration de ces compétences dans le paysage urbain.
    Lire la suite
  • Accord social 2021-2022
    Les syndicats veulent plus qu'il n'est possible

    Il faut signer un accord interprofessionnel 2021-2022 avec une marge salariale de 3,2 %. Parce que c'est la loi. Parce que les employeurs ne peuvent pas faire plus.
    Lire la suite
  • Droit passerelle simple ou double
    Les commerçants déçus

    Grosse déception pour les commerçants : contrairement à ce qui avait été annoncé, le double droit passerelle leur est refusé, sauf s'ils n'ont pas accueilli de clients sur rendez-vous.
    Lire la suite