Tax shelter
Investir et payer moins d'impôts

Que faire de son épargne ? À l'approche de la fin de l'année, c'est le moment de penser aux formules fiscalement encouragées. Elles réduiront les impôts payés en 2020. Depuis 2016, aux côtés de la pension libre complémentaire et d'autres assurances retraite, les particuliers ont une nouvelle possibilité : l'investissement dans les start-up ou dans les PME en croissance. Des plateformes proposent à présent des formules pour diversifier automatiquement son portefeuille et donc limiter les risques.

Le dispositif dit du tax shelter ou abri fiscal a été inventé en 2003 pour encourager les entreprises à investir dans le cinéma. Il a magnifiquement fonctionné, permettant de développer une véritable industrie cinématographique belge, avec un bénéfice économique et culturel. D'ailleurs, depuis 2017, les arts de la scène (théâtre, danse, musique classique…) sont inclus dans le système.

En 2016, le tax shelter a été transposé pour les investissements des particuliers dans les start-up. En 2017, il est devenu accessible via des plateformes de crowdfunding (financement participatif) agréées. Toute personne qui achète, directement ou non, des actions ou des parts dans une entreprise innovante âgée de moins de quatre ans peut déduire de ses impôts 45 % du montant investi.

Deux variantes à 30 % ou 25 % existent pour des PME de plus grande taille ou plus âgées, entre cinq et dix ans d'activité. La logique de la déduction réduite est que le risque est moins grand.

En effet, c'est là qu'est l'os de l'investissement dans une start-up : il faut garder ses parts ou actions pendant au moins quatre ans et il n'y a pas de garantie de retrouver son capital au terme de cette période. Par définition, c'est un placement à risque. Voilà pourquoi des plateformes ont développé des outils comme le "Tracer tax shelter", qui répartit le montant entre dix start-up. Prenons l'exemple de 10.000 euros placés dans le fonds en 2019. Les impôts 2020 seront réduits de 4.500 euros. Cela devient un investissement tout à fait concurrentiel, avec un risque raisonnable et la certitude que son argent soutient l'économie réelle, locale et d'avenir.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Code des sociétés
    La nouvelle loi est en vigueur

    Le code des sociétés de 1873 a été entièrement revu par l'ancien gouvernement. Il n'existe plus que six formes possibles...
    Lire la suite
  • Flambée des faillites
    Les chiffres sont pires que la réalité

    Avec 11.817 faillites enregistrées l'an dernier, la hausse est de plus de 10 %. Le record absolu de 2013 est chatouillé.
    Lire la suite
  • "Travailler ensemble"
    Accord Unia-employeurs pour la diversité

    Élargir son champ de recrutement : c'est dans cet esprit que les huit organisations représentatives des employeurs ont signé un accord de collaboration avec Unia, le centre pour l'égalité des chances.
    Lire la suite
  • Vitrine de l'artisan : inscriptions
    C'est maintenant !

    Les inscriptions sont ouvertes pour la 15e édition de La Vitrine de l'artisan. Ce concours national met l'artisanat en lumière afin de le faire connaître davantage et de susciter des vocations.
    Lire la suite