Titres-services
Des idées

Environ 33.000 Wallons et 20.000 Bruxellois travaillent en titres-services. Pour développer le secteur, Unitis (fédération des employeurs) demande une extension des activités autorisées afin de mieux répondre au vieillissement et au besoin de services de proximité, en lieu et place des 500 euros défiscalisés. Le titre-service devrait pouvoir être un avantage salarial, une rémunération alternative avec impôts et taxes allégés.

Unitis souhaite porter de trois à six mois la période possible d'emploi à durée déterminée. Les heures de formation obligatoires devraient être remboursées à l'employeur au tarif d'une prestation. Il faudrait enfin encourager le travail à temps plein.

Autres actus se rapportant au sujet

  • La politique va reprendre ses droits
    Le spectre des élections

    Le coronavirus a mis la crise politique entre parenthèses, mais la nécessité d'un gouvernement de plein exercice s'imposera très vite.
    Lire la suite
  • Gestion de crise
    Commission d'enquête très probable

    L'organisation d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus ne fait guère de doute.
    Lire la suite
  • Indépendants malades
    Injustice évitée

    Indemnité journalière accordée aux indépendants dès le premier jour de maladie indiqué sur le certificat, et non pas au jour de la délivrance du certificat.
    Lire la suite
  • Mesures fiscales de soutien
    Reports et plans de paiement

    Le SPF Finances veut soulager la trésorerie des entreprises, mise sous pression par le confinement.
    Lire la suite