Tracasserie
UBO

Le registre UBO (Ultimate beneficial owner) est un outil anti-blanchiment. Les administrateurs ou gérants de sociétés et d'asbl doivent communiquer les coordonnées des actionnaires, administrateurs et dirigeants. Ce devait être fait pour le 31 mars dernier. De report en report, il n'y aura pas de sanctions avant le 1er janvier 2020.

Remplir le registre est compliqué et prend du temps. Des experts proposent le service pour 175 euros par dossier. Malgré quoi, 37 % des PME ne seraient pas encore en ordre.

Ce registre UBO est une maladresse administrative. Il aurait pu et dû être intégré à la Banque-carrefour des entreprises, qui dispose déjà en quasi-totalité des informations voulues et donne de bien meilleures garanties de respect de la vie privée.

Autres actus se rapportant au sujet

  • La politique va reprendre ses droits
    Le spectre des élections

    Le coronavirus a mis la crise politique entre parenthèses, mais la nécessité d'un gouvernement de plein exercice s'imposera très vite.
    Lire la suite
  • Gestion de crise
    Commission d'enquête très probable

    L'organisation d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus ne fait guère de doute.
    Lire la suite
  • Indépendants malades
    Injustice évitée

    Indemnité journalière accordée aux indépendants dès le premier jour de maladie indiqué sur le certificat, et non pas au jour de la délivrance du certificat.
    Lire la suite
  • Mesures fiscales de soutien
    Reports et plans de paiement

    Le SPF Finances veut soulager la trésorerie des entreprises, mise sous pression par le confinement.
    Lire la suite