Tracasserie
UBO

Le registre UBO (Ultimate beneficial owner) est un outil anti-blanchiment. Les administrateurs ou gérants de sociétés et d'asbl doivent communiquer les coordonnées des actionnaires, administrateurs et dirigeants. Ce devait être fait pour le 31 mars dernier. De report en report, il n'y aura pas de sanctions avant le 1er janvier 2020.

Remplir le registre est compliqué et prend du temps. Des experts proposent le service pour 175 euros par dossier. Malgré quoi, 37 % des PME ne seraient pas encore en ordre.

Ce registre UBO est une maladresse administrative. Il aurait pu et dû être intégré à la Banque-carrefour des entreprises, qui dispose déjà en quasi-totalité des informations voulues et donne de bien meilleures garanties de respect de la vie privée.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Code des sociétés
    La nouvelle loi est en vigueur

    Le code des sociétés de 1873 a été entièrement revu par l'ancien gouvernement. Il n'existe plus que six formes possibles...
    Lire la suite
  • Flambée des faillites
    Les chiffres sont pires que la réalité

    Avec 11.817 faillites enregistrées l'an dernier, la hausse est de plus de 10 %. Le record absolu de 2013 est chatouillé.
    Lire la suite
  • "Travailler ensemble"
    Accord Unia-employeurs pour la diversité

    Élargir son champ de recrutement : c'est dans cet esprit que les huit organisations représentatives des employeurs ont signé un accord de collaboration avec Unia, le centre pour l'égalité des chances.
    Lire la suite
  • Vitrine de l'artisan : inscriptions
    C'est maintenant !

    Les inscriptions sont ouvertes pour la 15e édition de La Vitrine de l'artisan. Ce concours national met l'artisanat en lumière afin de le faire connaître davantage et de susciter des vocations.
    Lire la suite