Clients et commerçants, c'est votre week-end

C'est reparti pour le Weekend du client, cet événement organisé par UCM, son pendant flamand UNIZO, et Comeos, la fédération du commerce et des services. Depuis 2017, les commerçants sont invités à participer à ces deux journées (l'ouverture le dimanche n'est pas obligatoire) entièrement dédiées au shopping plaisir, partout en Belgique. Après Liège en 2023, direction le Brabant wallon et plus précisément Rixensart pour trouver la ville phare de cette édition qui, plus que jamais, veut insister sur le lien étroit qui se tisse au quotidien entre le commerçant et ses clients. Suivez la ligne jaune et rendez-vous les 5 et 6 octobre prochains pour un Weekend qui s'annonce déjà inoubliable. Chaque mois, retrouvez deux commerçants qui ont participé aux dernières éditions et expliquent leur expérience.

Les inscriptions sont ouvertes sur le site : https://www.weekendduclient.be

MALIZIA
Boutique de lingerie et de prêt-à-porter
La Louvière

C'est au coeur de La Louvière que se trouve Malizia, une enseigne spécialisée dans la vente de lingerie, de maillots et de prêt-à-porter féminin. La façade, noire, de la boutique est à l'opposé de la personnalité de la tenante des lieux, une femme haute en couleur et pleine de peps. Rencontre avec Françoise Machtelinckx, commerçante dans la région du Centre depuis plus de 35 ans.

FRANÇOISE, PRÉSENTEZ-NOUS VOTRE BOUTIQUE…

- La boutique existe depuis 1985. C'est ma maman qui l'a ouverte. Je l'ai reprise en 2010 mais j'ai toujours travaillé avec elle. De mon côté, ça fait 38 ans que je travaille ici. On a déménagé en 2022. On était à la rue du Temple (NDLR : à cinq minutes à pied de l'enseigne actuelle) puis on est arrivé ici, rue de la Loi.

QUELLE RELATION NOUEZ-VOUS AVEC VOS CLIENTS ?

- L'ambiance chez nous est feutrée, amicale et familiale. Au bout d'autant d'années, on ne peut pas faire autrement que d'être familial, ce n'est pas possible. Il y a des gens dont on a vu les enfants se marier, avoir des enfants, et aujourd'hui on sert leurs gamines. Nos clients viennent essentiellement pour chercher des conseils car dès qu'elles passent le pas de la porte, on leur dit '"bonjour Madame, comment je peux vous aider ?".

AVEZ-VOUS UNE ANECDOTE PARTICULIÈRE AVEC UN CLIENT ?

- J'en ai tellement que je pourrais écrire un livre. Je pense à une anecdote d'il y a plus de vingt ans. C'était un moment où on vendait encore des caracos, donc des petits tops. Ça me faisait mourir de rire car un Monsieur me disait toujours qu'il venait acheter un petit curaçao pour sa femme. Donc un jour je lui ai offert une bouteille de curaçao pour lui expliquer qu'on vendait plutôt des caracos. Il m'avait marqué, c'était comique. Puis il y a les hommes qui oublient de me dire que l'achat n'est pas pour leur femme. C'est très gênant car on connait vite tout le monde.

VOUS ÊTES UNE FIDÈLE DU WEEKEND DU CLIENT, QUE VOUS ÉVOQUE-T-IL ?

- J'y ai toujours participé, même sans que la ville n'y participe. Il y a certains moments où on préparait beaucoup de petits apéros, de choses à manger. Cette tendance est un peu moins présente aujourd'hui mais je continue à utiliser le pack promotionnel. Les clients viennent désormais surtout chercher un pourcentage en plus de morceaux de pâtisserie. Ma voisine par contre est une dingue du Weekend du client. Elle met les petits plats dans les grands, c'est vraiment magique.

BRASSERIES
DE LIÈGE
Liège

Au coeur de la Cité ardente et de son emblématique Grand Poste à l’éclat retrouvé, "Brasseries de Liège" a investi de la cave au "rooftop". Création, production, plaisirs de la dégustation, la "Legia", le produit phare de la brasserie, y trouve toutes ses teintes sur l’une des trentaines de pompes que propose le bar. Rencontre avec Kevin Crutzen, le directeur opérationnel de celle qui a créé, l’année dernière, une déclinaison unique pour le Weekend du client.

KEVIN, PRÉSENTEZ-NOUS VOTRE ÉTABLISSEMENT…

- Nous avons réussi à intégrer une brasserie au sein de la Grand Poste. La production se répartit sur deux étages, toute la partie "salle chaude" au rez-de-chaussée, en bas la zone de fermentation, le stockage… Tout est fait ici. La gamme de base, la Legia et ses cinq types, mais aussi des versions limitées ou des collaborations. En "one shot" ou pas. Pour la dégustation, nous avons un roulement d’une trentaine de bières sur nos pompes. Et notre fameux "rooftop".

QUELLE RELATION NOUEZ-VOUS AVEC VOS CLIENTS ?

- On le voit, surtout à Liège, le Liégeois est assez fier d’être acteur dans sa ville, fier d’avoir un impact. C’est important pour nous d’avoir des points de vente où un produit liégeois comme la Legia est présent. Pour notre marque mais on va aussi faire des collaborations, des bières pour, par exemple, les Grignoux, ou celle du Reflektor, la Flak. Il y a une volonté de faire tourner la machine liégeoise. Notre but premier n’est pas de conquérir le monde mais c’est notre rêve que chaque Liégeois ait une Legia dans son frigo.

AVEZ-VOUS UNE ANECDOTE PARTICULIÈRE AVEC UN CLIENT ?

- Nous avons souvent des demandes de création. Les clients, dans la plupart des cas, ont des ressentis, des émotions, des besoins, mais ils n’en savent pas plus. Ils sont toujours intrigués qu’on arrive, juste avec des paroles et une dégustation, à retranscrire ça en recette puis en bière. C’est marrant d’avoir la dégustation du produit fini où ils disent : "tiens, ça ressemble très très fort à ce qu'on souhaitait". C’est un petit moment d’émotions car il y a toujours ce côté intrigué.

VOUS ÊTES UN FIDÈLE DU "WEEKEND DU CLIENT", QUE VOUS ÉVOQUE-T-IL ?

- On a produit une édition spéciale pour le Weekend du client l’année dernière. On a réalisé 3.000 bouteilles de cette bière-là, une blonde, facile à boire, festive, à partager. On a même été invité à la radio pour présenter le produit. Je n’ai pas vu beaucoup de bouteilles qui restaient après le weekend, c’est donc que ça a plu… C’est un "one-shot", on n’a rien gardé. Nous avons aimé l’idée, c’était très chouette à faire, la bière est un produit de partage et l’étiquette est un super outil de marketing. On réitère l’expérience avec plaisir.

Autres dossiers se rapportant au même sujet

  • Femme entrepreneure, un (beau) chemin semé d'embuches

    Le nombre de femmes qui osent se lancer dans l'entrepreneuriat ne cesse d'évoluer positivement en Belgique. Un arbre qui cache la forêt, tant les défis inhérents à leur genre restent nombreux. Entre commentaires moyenâgeux, biais sociétaux et manque de rôles modèles, la tâche des indépendantes est plus ardue que celle de leurs homologues masculins.

    Lire la suite
  • Clients et commerçants, c'est votre week-end

    C'est reparti pour le Weekend du client. Depuis 2017, les commerçants sont invités à participer à ces deux journées (l'ouverture le dimanche n'est pas obligatoire) entièrement dédiées au shopping plaisir, partout en Belgique. Après Liège en 2023, direction le Brabant wallon et plus précisément Rixensart pour trouver la ville phare de cette édition. Suivez la ligne jaune et rendez-vous les 5 et 6 octobre prochains pour un Weekend qui s'annonce déjà inoubliable.

    Lire la suite