Mobilité, énergie, logement,IL FAUT INVESTIR

Le nouveau gouvernement wallon a doté la Région d'un plan d'investissement de cinq milliards d'euros sur cinq ans (2019-2024). Au printemps dernier avait été lancé au fédéral le "pacte national pour les investissements stratégiques", d'un poids de trente milliards, dépenses étalées jusqu'en 2030.

Les autorités politiques retrouvent l'ambition d'améliorer les infrastructures et l'environnement matériel des citoyens et des entreprises. Je m'en réjouis car c'est son rôle. Notre économie souffre de l'inertie chronique des pouvoirs publics en la matière.

En effet, depuis plus de dix ans, les investissements publics en Belgique sont en dessous de la moyenne européenne. Les conséquences de cette pusillanimité sont de plus en plus visibles : réseau routier déglingué, transports en commun peu performants, habitat mal isolé, bâtiments publics vieillissants ou manquants (crèches, maisons de repos), couverture numérique imparfaite...

Les choix du gouvernement wallon répondent aux besoins les plus criants avec une triple priorité : favoriser la mobilité, améliorer les logements publics et privés, encourager les économies d'énergie, en particulier dans l'industrie.

Ces plans d'investissement, tant le fédéral que le wallon, sont présentés de façon à frapper les esprits des électeurs. Même si la conjoncture économique est favorable, il est impossible de sortir trente milliards d'euros d'un côté et cinq milliards de l'autre comme des lapins d'un chapeau. Le nécessaire assainissement de la dette des finances publiques nous impose encore de longues années de rigueur budgétaire, vu l'impossibilité d'alourdir une fiscalité excessive.

Même sans lapin et chapeau, les plans tiennent un peu de la prestidigitation. Ils reprennent des dépenses inévitables ou déjà prévues et leur financement est en partie aléatoire, reposant sur des partenariats avec le privé encore à construire ou sur des fonds européens à aller chercher.

Il ne faut pourtant pas en minimiser l'importance. Cinq milliards, cela représente presque 1.400 euros par Wallon, bébés inclus. Avec un tel budget, il est possible d'obtenir des effets tangibles.

Les marchés publics doivent être accessibles aux PME

La relance des investissements publics a aussi un effet collatéral positif, c'est de donner des milliers d'heures de travail à des fournisseurs et prestataires. Il y aura des marchés publics à décrocher. L'UCM veillera à ce qu'ils soient accessibles aux PME. C'est possible à condition d'encadrer les appels d'offres : améliorer leur lisibilité par des cahiers de charges types, réduire les délais d'analyse et d'octroi, insérer des clauses anti-dumping et favorables aux entrepreneurs locaux, prévoir des formations et un helpdesk, honorer les factures rapidement, etc.

Les éditos des mois précédents

  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Baisser l'impôt des sociétés, oui, mais pas comme ça !

    J'ai pris l'initiative de proposer aux administrateurs de l'UCM et aux responsables d'organisations professionnelles affiliées de signer une lettre ouverte au Premier ministre, aux vice-premiers ministres et aux parlementaires de la Commission finances. En voici le contenu."Nous, ent...

    Lire la suite
    décembre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Aux TEC, le syndicat socialiste dépasse les bornes

    Cette fois, c'en est trop ! La CGSP, syndicat socialiste, a déposé un préavis de grève aux TEC du 20 au 22 décembre. Comme une manifestation est prévue le 19, les bus risquent d'être à l'arrêt en Wallonie pendant quatre jours. Quatre jours de plus !Or, les transports en commun son...

    Lire la suite
    décembre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    L'enfer (fiscal), c'est les autres...

    La fraude fiscale était naguère, disait-on, un "sport national". Cette époque est révolue. Dans tous les secteurs, les contrôles se sont resserrés. Si la collecte de l'impôt a encore des fuites, les montants en jeu sont infimes par rapport à l'évasion fiscale internationale, de...

    Lire la suite
    novembre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    La concertation sociale reste nécessaire

    La concertation sociale est malade. C'est ce constat qui a conduit les partenaires sociaux francophones, mais aussi des magistrats, des académiques et des politiques, à réfléchir à son avenir (

    Lire la suite
    novembre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Réforme de l'impôt des sociétés en trompe-l'œil

    L'impôt des sociétés (Isoc) est un vrai handicap pour les entreprises belges. Que l'on compare ses taux ou son rendement avec ceux des pays voisins, il est clair que les PME en particulier tirent un boulet qui les limite dans leurs investissements et leur développement.Voilà pourquoi ...

    Lire la suite
    octobre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Une grève 100 % nuisible

    La grève déclenchée le mardi 10 octobre par le syndicat socialiste des services publics (CGSP) ne marquera pas l'histoire. Sauf peut-être par son caractère manifestement déraisonnable et abusif.Les motifs de la grève, donnés par la CGSP elle-même, sont "les économies budgét...

    Lire la suite
    octobre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Un budget wallon encourageant, mais à suivre...

    Le nouveau gouvernement wallon MR-CDH a bouclé son budget 2018. Dans les grandes lignes, du point de vue des indépendants et des PME, c'est tout bon.En effet, il n'y a pas un euro de taxes ou impôts supplémentaires. Au contraire, la paléontologique redevance télé est enfin supprimé...

    Lire la suite
    septembre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Préparons-nous à la révolution des robots

    Les progrès fulgurants de l'intelligence artificielle permettent dès aujourd'hui de programmer des robots pour des tâches qui semblaient réservées aux êtres humains. La liste des métiers impactés est très longue, très diverse et non encore exhaustive. Elle comprend à la fois des profes...

    Lire la suite
    septembre
  • Pierre-Frédéric Nyst, Président UCM

    Crise politique en cadeau de bienvenue !

    Le nouveau gouvernement wallon MR-CDH a bouclé son budget 2018. Dans les grandes lignes, du point de vue des indépendants et des PME, c’est tout bon. En effet, il n’y a pas un euro de taxes ou impôts supplémentaires. Au contraire, la paléontologique redevance télé est enfin supprimée.

    Lire la suite
    juin