Bruno de Grunne et Nicolas d'Ursel

Hébergements innovants

La tête dans les étoiles, se lover dans les arbres

17/09/18

La mode des tiny houses, cabanes dans les bois et autres logements insolites se complète avec Dom'Up. Création de deux entrepreneurs belges, cette tente accrochée dans les arbres est "no trace".

La météo est clémente et l'idée de passer une nuit à la belle étoile fait partie des envies du citadin en questionnement. Il suffit de lever les yeux, exactement à quatre mètres du sol, pour découvrir une nouvelle forme d'habitat proche et respectueux de la nature. Il s'agit de Dom'Up, appellation née de la contraction de "domus" ("maison" en latin) et de "up" (pour "up in the trees", en anglais "en haut des arbres"). Le concept en revient à l'architecte Nicolas d'Ursel et au spécialiste en arboriculture Bruno de Grunne. "J'ai d'abord évolué dans la restauration de meubles et l'ébénisterie, raconte ce dernier. Je suis ensuite parti au Portugal où j'ai œuvré à l'entretien et la gestion des arbres d'ornement, notamment dans le domaine du palais national lisboate de Queluz. Puis ce fut la période espagnole, à Ténériffe où j'ai lancé une société de création d'espaces de délassement pour enfants à la demande d'une chaîne hôtelière, et à Madrid avant de revenir en Belgique et d'élaborer le concept Dom'Up en 2013."

Et de poursuivre : "Nicolas d'Ursel, qui est mon partenaire dans cette entreprise mais aussi mon cousin, partage les mêmes valeurs que moi de respect de la nature et de préservation des lieux. Quand on implante Dom'Up dans un milieu naturel, nous sommes particulièrement attentifs à appliquer le principe de "no trace". Lorsque la tente est démontée, il ne doit rester aucune trace de notre passage. Si on abîme quoi que ce soit, nous ne sommes plus cohérents."

Entre les cimes

Dom'Up, c'est une structure métallique, avec plancher de bois, fixée sur des cordes tendues et suspendues entre deux arbres. "Nous favorisons le retour à la nature et développons des produits qui rendent les arbres "habitables", en minimisant les impacts sur l'environnement. Nous avons tous deux mis la technique au point, défini le cahier des charges et nous travaillons sur le design. La tente Dom'Up est surtout installée dans des paysages reculés et naturels, sans invasion de l'homme. Tout a été créé pour être ouvert et en connexion avec la nature..."

Et le concept fonctionne, le premier client n'étant autre que la mythique 20th Century Fox ! Avec une utilisation à ciel ouvert qui permet d'éprouver la légitimité du concept de "no trace". Ce galop d'essai ouvre la porte vers d'autres déclinaisons, comme par exemple une salle de cinéma, juste installée le temps de quelques projections cinématographiques.

"C'est cette souplesse qui, je pense, a séduit nos clients japonais. Un contrat de fabrication sous licence a été établi, permettant à l'entrepreneur local de fabriquer et redessiner Dom'Up aux exigences du marché nippon, de l'alléger et d'en adapter l'habitabilité." Plus proche de nous, la Suisse est également tombée sous le charme de l'invention namuroise. Une ferme et un camping bio accueillent cette installation, comme c'est déjà le cas en Wallonie aux Grottes de Han.

Le "glamping" (contraction de "glamour" et "camping") a ses adeptes. Chez nous d'abord, mais aussi à l'autre bout de la Terre, dans les îles du Pacifique : au pays du Soleil levant et même à Hawaï où des clients envisagent d'accrocher une mini-Dom'Up (5 m² maximum) entre deux cocotiers ! Qu'à cela ne tienne, Bruno de Grunne n'est pas obligé de parcourir le monde pour vérifier la sécurité, l'objectif étant que les arboristes accompagnent la structure et lui permettent de cohabiter avec l'arbre.

Dom'Up est en perpétuelle évolution. L'une des étapes de ces prochains mois sera l'utilisation de cordes biodégradables, pour une insertion toujours moins contraignante de l'invention. Avant peut-être de glisser quelques-uns de ces habitats originaux entre les baobabs d'un hôtel africain suspendu. À l'abri de nos insectes et plus particulièrement des taons, le concept Dom'Up a encore de belles nuits chargées d'étoiles devant lui.

Carte d'identité de l'entreprise

Trees & People

Bruno de Grunne et Nicolas d'Ursel

rue Venalte 3
5332 Crupet

domup-hodoumont.com
domup.be

Diversifier les revenus

Bruno de Grunne et Bruno Kervyn, deux entrepreneurs belges innovants.

Le baron Bruno Kervyn est administrateur délégué et gérant du domaine de Hodoumont, dans le village de Jallet (Ohey), en province de Namur. Chaque année, ce magnifique château et ses 300 hectares deviennent le point de chute de la famille, soit une cinquantaine de personnes qui reviennent des quatre coins du monde pour passer ensemble quelques moments forts, au gré des activités de toutes les générations. Bois, champs, pâture, ferme, verger et château composent le domaine... qu'il faut faire vivre, comme une entreprise.

Décontracté, en short et sandales, le gérant reçoit UCM Magazine à l'improviste. C'est sur le domaine de Hodoumont que le projet Dom'Up a vu le jour. "Nicolas d'Ursel est notre cousin lointain, et avec Bruno de Grunne, nous avons trouvé un accord à la fois d'implantation d'une tente Dom'Up dans l'un de nos bois mais aussi de location de celle-ci par nos soins. C'est une source potentielle de revenus locatifs non négligeable, le concept expérimental et innovant me plaît. C'est aussi un début de diversification de nos activités", reconnaît le baron.

D'ailleurs, le gestionnaire des lieux espère pouvoir étendre l'expérience. "Après une année d'activité, nous pouvons dire que la clientèle est belge et flamande dans sa grande majorité, mais nous comptons également des hôtes hollandais, italiens, allemands, espagnols, français, britanniques, finlandais ou tchèques. Il s'agit souvent de couples et d'amoureux de la nature." Des clients qui apprécient l'originalité des lieux et du couchage, mais qui doivent aussi se contenter – même si la literie et l'encadrement (le petit déjeuner est déposé discrètement au petit matin) sont particulièrement confortables – de conditions de vie spartiates : pas d'eau courante (des bassines sont prévues pour les ablutions), une douche au sol et à l'air libre, pas d'électricité (sinon quelques lampes, grâce auxquelles il est possible de recharger un smartphone), des toilettes sèches et un espace "feu de camp". En contrepartie, les clients dorment à la belle étoile, en hauteur où ils profitent d'une vue exceptionnelle, de quelques heures de retour à la nature dans un silence ancestral... que seuls les cris et mouvements des animaux peuvent venir interrompre.

Autres portraits de la même catégorie

  • La famille Riche

    Fiers du passé, bâtisseurs du futur

    La famille Riche est une institution à Mariembourg. À la tête d'une PME trentenaire, elle privilégie l'accueil et le service après-vente.

    Lire la suite
  • Denis et Mathilde Rutot

    Depuis Marche vers le monde entier

    Denis et Mathilde Rutot dirigent les Châssis Hanin à Marche-en-Famenne depuis 25 ans. Heureux entrepreneurs, ils ont poussé les frontières de leur savoir-faire jusqu'au Qatar et prospectent l'Amérique latine.

    Lire la suite