Budget fédéral
Pas de solution miracle

Le gouvernement fédéral s'est accordé sur son budget pour les années 2023 et 2024. Cet exercice était particulièrement attendu par les PME et les indépendants toujours plus fragilisés par les crises qui se succèdent. Une des mesures principales concerne les salaires, qui ont été indexés cinq fois dans certains secteurs en 2022, et dont la hausse devrait atteindre près de 11 % dans la commission paritaire 200 à laquelle sont soumis plus de 500.000 employés pour plus de 60.000 entreprises. Dans cet accord, il est question de "compenser" l'indexation via une réduction des cotisations patronales de 7,07 % durant les deux premiers trimestres de 2023. Pour les troisième et quatrième trimestres, la réduction ne sera qu'une avance, à rembourser en 2025. Les détails restent flous : s'appliquera-t-elle au montant global ou au taux des cotis ? Pour UCM, il est en tout cas certain qu'elle ne palliera pas l'augmentation du coût salarial. 

Le gouvernement s'est aussi engagé à continuer à relever le taux d'emploi. Si des réformes structurelles n'ont pas encore vu le jour, il est tout de même acquis que le système des flexi-jobs sera ouvert à de nouveaux secteurs. Le quota annuel fixant le nombre maximum d'heures prestées pour le travail étudiant passe, lui, de 475 à 600 heures. Juste après sa création, le régime de chômage énergie a par ailleurs été prolongé jusqu'au 31 mars 2023, soit trois mois de plus qu'initialement prévu.

Parmi les points noirs de ce budget, notons l'augmentation du délai de prescription en matière de sécurité sociale, qui va passer de sept à dix ans. Ceci ouvre plus grand la porte à des contrôles, justifiés dans certains cas mais parfois "tatillons". Les employeurs ayant recours à une rupture de contrat pour force majeure médicale devront en outre payer une amende de 1.800 euros. Un non-sens alors que ce dispositif permet de débloquer des situations et que les salariés sont souvent eux-mêmes demandeurs.

Globalement, il est bon de rappeler que personne ne détient de solution miracle face à la crise inédite que nous vivons actuellement. Politiques, employeurs, citoyens… tous font partie de la réponse collective et devront réaliser des efforts pour traverser la tempête.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Namur
    Le dépôt des déchets professionnels facilité

    Que vous soyez une PME ou un commerçant, le BEP Environnement facilite le processus de dépôt des déchets professionnels dans les 33 recyparcs qu’il gère dans la province de Namur. Les indépendants peuvent donc désormais optimiser la gestion de leurs déchets professionnels.
    Lire la suite
  • Hainaut
    Comment optimiser son recrutement

    UCM et le Forem organisent une confé­rence/petit-déjeuner "Comment repérer des talents et optimiser le coût de votre recru­tement ?" le mardi 19 mars à 9h à Mous­cron. Cet événement est né des difficultés de recrutement que rencontrent de nom­breux employeurs. C'est en effet devenu un véritable défi dans bon nombre de secteurs car c’est désormais l’employeur qui doit sé­duire le candidat. Il existe heureusement de nombreuses aides financières encore trop méconnues pour diminuer le coût salarial.
    Lire la suite
  • Centre-ville
    Lancement d'un observatoire européen

    Ce 8 février, UCM a participé au lancement officiel de l’Observatoire Européen du Centre- Ville, au Parlement européen de Strasbourg. Son objectif est de fédérer élus, chercheurs et acteurs économiques au partage de bonnes pratiques liées au centre-ville, qui constitue actuellement le principal pôle d’attraction de nos villes.
    Lire la suite