Congés thématiques
Un accord social empreint d'humanité

Employeurs et syndicats, réunis au Conseil national du travail (CNT), se sont entendus sur trois améliorations des congés thématiques pour salariés.

Le crédit-temps pour soins à un enfant, possible pour tous les parents jusqu'aux huit ans de l'enfant, va jusqu'à vingt-et-un ans en cas de handicap. Jusqu'à présent, il fallait un handicap physique ou mental reconnu à au moins 66 %. De nouveaux critères, liés à la capacité d'intégration et aux conséquences sur la famille, sont introduits pour permettre la prise en charge d'enfants atteints, par exemple, de mucoviscidose, d'autisme ou de maladie chronique.

La deuxième mesure est l'uniformisation de l'allocation pour congé thématique. Elle avait été réduite pour les plus de cinquante ans. Elle est remise au même niveau, quel que soit l'âge du salarié.

La troisième amélioration est une hausse de 14 % de l'allocation versée aux parents isolés, en cas de congé parental ou de crédit-temps avec motif, afin de lutter contre la pauvreté.

Ces trois mesures doivent entrer en vigueur au 1er avril et coûtent 1,6 million d'euros. C'est le solde de l'enveloppe bien-être prévue dans l'accord interprofessionnel 2017-2018.

Autres actus se rapportant au sujet

  • La politique va reprendre ses droits
    Le spectre des élections

    Le coronavirus a mis la crise politique entre parenthèses, mais la nécessité d'un gouvernement de plein exercice s'imposera très vite.
    Lire la suite
  • Gestion de crise
    Commission d'enquête très probable

    L'organisation d'une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus ne fait guère de doute.
    Lire la suite
  • Indépendants malades
    Injustice évitée

    Indemnité journalière accordée aux indépendants dès le premier jour de maladie indiqué sur le certificat, et non pas au jour de la délivrance du certificat.
    Lire la suite
  • Mesures fiscales de soutien
    Reports et plans de paiement

    Le SPF Finances veut soulager la trésorerie des entreprises, mise sous pression par le confinement.
    Lire la suite