La crise au-delà de l'urgence
Les aides ne suffiront pas

La crise aura des répercussions jusqu'en 2022, c'est certain. Au début de l'année prochaine, il faudra passer à la caisse avec la fin du gel d'une série de créances et ce sera douloureux. Nous avons besoin d'un gouvernement de plein exercice pour prendre une série de décisions qu'UCM réclame.

Afin d'adopter des mesures adéquates, UCM veut une évaluation de la situation économique par secteur et par taille. Au printemps, l'urgence de la situation (fermeture pure et simple des activités) justifiait des aides forfaitaires pour un grand nombre de secteurs. Des aides complémentaires plus ciblées seront nécessaires. Des secteurs comme le commerce sont encore en grande difficulté (lire en page 9). Ne parlons pas de l'événementiel ou de la culture… La politique des aides "one shot", telle qu'elle a été proposée par les Régions, ne sera pas suffisante.

Nombreux sont les employeurs qui vont devoir sacrifier des postes pour survivre et en sauver d'autres. Le coût des licenciements va devenir une vraie menace. Pour certaines entreprises, payer l'intégralité des indemnités de départ ne pourra se faire qu'au risque d'une faillite. C'est pourquoi UCM demande que, pendant 24 mois, le droit du travail soit assoupli : pas de charges patronales sur les indemnités de licenciement, pas de taxation dans le chef du travailleur licencié ; heures supplémentaires possibles à des conditions fiscalement intéressantes, recours au chômage temporaire pour force majeure de manière simplifiée…

Outre ces mesures, des efforts complémentaires devront être demandés aux banques, principalement des reports de remboursement d'emprunt hypothécaire et d'investissement.

La question des charges fixes reste également préoccupante, notamment celle des loyers. Lorsque le locataire entrepreneur ne peut plus faire face à ses échéances, UCM suggère que le propriétaire laisse tomber 50 % du montant et soit dispensé en compensation du paiement de précompte immobilier. Les 50 % versés pourraient être financés par un prêt ricochet (Wallonie) ou re-cover (Région bruxelloise).

Autres actus se rapportant au sujet

  • Publication : "La voie de l'entreprise consciente"
    L'antithèse des solutions miracle 5.0

    Quand diriger une entreprise n'est pas (ou plus) synonyme de post-it ou de concepts alambiqués, il est bon de retrouver l'essentiel : une cohésion de groupe autour d'une bonne santé émotionnelle.
    Lire la suite
  • Sobriété énergétique à Bruxelles
    Des réglementations assorties d'aides

    Une série de mesures de sobriété énergétique adoptées par le gouvernement bruxellois sont entrées en vigueur début janvier.
    Lire la suite
  • Droits d'auteur
    Une réforme inutile

    Entrée en vigueur le 1er janvier, la réforme des droits d'auteur a fait couler beaucoup d'encre. Le spécialiste Sébastien Watelet, avocat, l'a décortiquée lors d'une conférence Café-conseil UCM.
    Lire la suite
  • Feprabel, organisation membre UCM
    Les courtiers en mode "adaptation"

    Les années 2020 et 2021 ont été chahutées pour les courtiers en assurances. 2022 a signé un retour à la normale. Sans effacer plusieurs défis, comme le rappelle leur fédération.
    Lire la suite