Flambée des salaires
Les entreprises paient la facture de l'inflation

La liaison automatique des salaires à l'indice des prix est un mécanisme typiquement belge, qui fonctionne dans des conditions plus ou moins normales. Quand les coûts de l'énergie et des matières premières s'envolent, ça ne fonctionne plus du tout !

Le rapport de la Banque nationale (BNB) le prouve. Le coût horaire du travail augmentera cette année de 4,8 % de plus en Belgique que dans les grands pays voisins. En conséquence de cette perte de compétitivité, nos entreprises perdront 3 % de parts de marché en 2022 et encore 1,5 % en 2023. L'économie belge s'affaiblit alors même que le déficit des finances publiques (4,5 % du PIB cette année, soit 24,3 milliards d'euros) se creuse. Les taux d'intérêt sont à la hausse. Un assainissement s'impose de toute urgence. Si l'économie n'est pas solide, si les entreprises ne peuvent pas préserver l'emploi, l'austérité sera très douloureuse. Or, la BNB est claire : "La plus grande partie de la facture de l'inflation sera payée par les entreprises, alors que dans la plupart des pays européens, ce sont les ménages qui supportent la plus grosse partie du choc."

Si certaines grandes entreprises ont engrangé des réserves et peuvent faire face à la situation, les PME, dans leur ensemble, ont des trésoreries siphonnées par deux années de crise sanitaire. De plus, elles sont généralement à haute intensité de main-d'œuvre et craquent sous les hausses salariales répétées.

Des possibilités existent pour amortir l'impact de l'inflation : indexations forfaitaires, plafonnées, différées… Le pouvoir d'achat des ménages pourrait être encore mieux préservé avec des mesures ciblées sur les revenus modestes : baisse de charges, tarifs sociaux…

Rien de tout cela ne pourra se discuter entre partenaires sociaux puisque les syndicats réclament… des augmentations de salaire. En plus de la "manifestation nationale" du 20 juin, les fonctionnaires ont même organisé une journée de grève, eux qui n'ont pas perdu un euro de salaire pendant la période de Covid.

Ce comportement est indécent au vrai sens du terme : "qui choque par son côté inopportun, ostentatoire, déplacé."

Autres actus se rapportant au sujet

  • Modalités de garantie modifiées
    Davantage de risques pour les vendeurs

    Les règles de garantie sur la vente de biens durables aux consommateurs sont modifiées. La garantie reste fixée à deux ans au minimum. Mais depuis le 1er juin, c'est au vendeur de prouver que le défaut de conformité est dû au consommateur pendant toute cette durée.
    Lire la suite
  • Fuite de mazout ?
    Assainir

    En cas de fuite d'un réservoir de mazout de chauffage ou d'une de ses conduites ayant occasionné une pollution, le Fonds Promaz intervient financièrement pour l'assainissement du sol.
    Lire la suite
  • Pension
    Simulation

    Sur le site mypension.be, il est désormais possible de simuler l'impact d'une installation comme indépendant à titre principal.
    Lire la suite
  • Starters
    Cent euros

    Une prime unique de cent euros sera accordée sur la cotisation sociale des indépendants, aux personnes qui ont démarré depuis le 1er avril.
    Lire la suite