IFAPME
L'offre de formation s'élargit encore

Huit nouvelles formations viennent étoffer le catalogue IFAPME pour la rentrée prochaine. De quoi coller toujours mieux aux réalités du marché de l'emploi et aux compétences recherchées.

En tant qu'organisme de référence dans la formation en alternance, l'IFAPME s'adapte à la demande pour des métiers de plus en plus spécifiques. De nouvelles formations font leur apparition dans les secteurs de l'alimentation, de la communication et de l'audiovisuel, de la construction mais aussi de l'informatique.

Il est ainsi désormais possible de se former au métier de pizzaïolo dès quinze ans (à Charleroi, La Louvière, Mons, Villers-le-Bouillet) ou de gestionnaire de petite restauration (Dinant, La Louvière, Perwez, Tournai, Verviers, Villers-le-Bouillet).

Le rayon communication et audiovisuel s'enrichit pour sa part de quatre formations : organisateur d'événements (La Louvière), maquilleur cinéma (Liège, Mons), assistant réalisateur (Liège) et administrateur de production (Liège, Mons).

Dans le domaine de la construction, un jeune peut à présent devenir agenceur d'intérieur (Braine-le-Comte, Charleroi, Perwez, Verviers). Et en informatique, c'est la formation d'opérateur de maintenance à laquelle peuvent dorénavant accéder les moins de dix-huit ans (Arlon, Charleroi, La Louvière, Liège, Namur, Tournai, Wavre).

Optimisation territoriale

Outre cette nouvelle offre, des formations déjà proposées par l'IFAPME deviennent plus largement disponibles. Il n'est plus nécessaire de se déplacer dans une autre province pour apprendre le métier de son choix. Des exemples ? Le centre de Charleroi (Hainaut) forme désormais des administrateurs spécialisés en IoT (objets connectés), développeurs web back end, installateurs d'alarmes, bijoutiers joailliers, responsables d'entrepôts, magasiniers accessoiristes auto, réceptionnistes, directeurs d'hébergement ou d'hôtel…

À Wavre (Brabant wallon), on peut bénéficier des formations de community manager, administrateur en infrastructure IT, éleveur de chiens et chats, technicien en maintenance et diagnostic auto.

Gembloux (Namur) accueille les futurs employés administratifs, superviseurs en entrepôt et gestionnaires des approvisionnements et des stocks, techniciens chauffagistes (chaudières à combustibles liquides et gazeux), thanatopracteurs.

Quant au centre de Villers-le-Bouillet (Liège), on peut y devenir assistant dentaire, conseiller en relations publiques, couvreur, cuisinier de collectivité, food concept manager, gestionnaire d'un point de vente ou de friterie, masseur, métreur deviseur à orientation PEB, monteur en chauffage et sanitaire, technicien en végétalisation de bâtiments, viti-viniculteur…

Le catalogue complet donne le tournis ! Retenons simplement que l'IFAPME, c'est plus de deux cents métiers passionnants à apprendre dans une multitude de secteurs d'activité.

ifapme.be }

 

 

 

 

Emploi assuré à la sortie

Choisir l'alternance, c'est mettre un maximum de chances de son côté afin de décrocher un boulot ! Une enquête du Forem réalisée en 2022 montre que les formations en alternance se classent sur la deuxième marche du podium des filières qui mènent le plus à l'emploi en Wallonie.

Plus de huit diplômés sur dix trouvent un poste dans les six mois suivant la fin de leurs parcours à l'IFAPME. 85 % des apprenants en alternance diplômés de la filière apprentissage (dès 15 ans) ont trouvé un emploi ou ont continué leur formation. Dans la filière adulte (à partir de 18 ans), ils sont 83,5 % à obtenir un job en moins de six mois. C'est ce que révèle une enquête réalisée par l'IFAPME en 2022, auprès de plus de 1.700 répondants.

Journée portes ouvertes le 28 juin

L'IFAPME compte dix-sept implantations réparties sur tout le territoire wallon : Arlon, Braine-le-Comte, Charleroi, Dinant, Gembloux, Grâce-Hollogne, La Louvière, Libramont, Liège, Marche-en-Famenne, Mons, Namur, Perwez, Tournai, Verviers, Villers-le-Bouillet, Wavre.

Tous les centres ouvrent leurs portes le mercredi 28 juin (10:00-18:00). Chacun d'eux aura à cœur de montrer au public la qualité de ses infrastructures et leur adéquation avec le quotidien des professionnels.

La formation en alternance, c'est une autre manière d'apprendre un métier, axée avant tout sur du concret !

Infos : 0800/ 90 133 - [ info@ifapme.be }

Nouvelle direction à Dinant : de la continuité à la modernité

L'IFAPME de Dinant a un nouveau directeur : Frédéric Dinon a succédé à Pierre Almaer, parti à la pension.

Pierre Almaer a passé le flambeau à Frédéric Dinon.

Adepte du "long life learning", Frédéric Dinon (42 ans) est notamment passé lui-même par les bancs du Centre de Dinant. C'est donc en terrain connu qu'il est entré en mars, fort d'une expérience de plus de quinze ans dans la formation professionnelle.

Le Centre IFAPME de la cité mosane, fondé en 1966 et situé à Bouvignes, a pour vocation de qualifier les travailleurs présents et futurs des entreprises de la région, mais aussi d'être une pépinière de starters, créateurs des emplois de demain… dans des domaines aussi variés que la construction, la mobilité, les métiers de bouche, les soins aux personnes, le tourisme, les métiers verts, les services et l'économie numérique. Les 122 formations de son catalogue sont portées par 208 formateurs et coordonnées par 26 autres collaborateurs.

Se définissant comme pragmatique, le nouveau directeur envisage sa fonction telle une aventure à vivre en équipe. Son souhait est que chacun des collaborateurs trouve un sens à sa mission. "Ils sont les premiers à être les moteurs de la dynamisation du Centre, explique-t-il. J'en suis le chef d'orchestre mais c'est chacun, par son métier, son instrument, qui donne le rythme à la musique."

Quelles sont les grandes priorités de Frédéric Dinon ? Si la première est de s'inscrire logiquement dans la continuité de son prédécesseur, en mettant davantage en lumière les activités déjà existantes, la seconde est de s'assurer que le bénéficiaire soit au cœur de tous les discours, aussi bien dans l'approche pédagogique que dans le choix des outils techniques ou des orientations stratégiques. Le directeur souhaite rendre encore plus concret l'apprentissage en y apportant un aspect ludique. "Nous pourrions expliquer le théorème de Pythagore en utilisant de l'impression 3D", lance-t-il en guise d'exemple.

Après trois mois d'activité, son rôle est tel qu'il l'avait imaginé, c'est-à-dire riche, varié, intense au quotidien. L'homme apprécie particulièrement le volet opérationnel de son métier : rencontrer les équipes, les formateurs, les bénéficiaires pour rester le plus proche possible de leurs besoins et identifier leurs attentes.

"Je tiens à remercier l'Institut et le conseil d'administration (dont UCM fait partie) de m'avoir permis d'entrer dans la fonction de la plus belle manière : m'enrichir pendant un mois aux côtés de Pierre Almaer fut une expérience indispensable", conclut-il.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Namur
    Le dépôt des déchets professionnels facilité

    Que vous soyez une PME ou un commerçant, le BEP Environnement facilite le processus de dépôt des déchets professionnels dans les 33 recyparcs qu’il gère dans la province de Namur. Les indépendants peuvent donc désormais optimiser la gestion de leurs déchets professionnels.
    Lire la suite
  • Mouscron
    Un bureau dynamique et impliqué depuis 35 ans

    UCM Mouscron dispose de deux bureaux à savoir un situé sur Mouscron créé en 1947, l’autre sur Comines depuis plus de trente ans et qui vient de faire peau neuve. Dès sa création, le bureau de Mouscron ne cesse de développer ses multiples activités et se veut plus que jamais aux côtés des indépendants à chaque étape de la vie de leur entreprise.
    Lire la suite
  • Hainaut
    Comment optimiser son recrutement

    UCM et le Forem organisent une confé­rence/petit-déjeuner "Comment repérer des talents et optimiser le coût de votre recru­tement ?" le mardi 19 mars à 9h à Mous­cron. Cet événement est né des difficultés de recrutement que rencontrent de nom­breux employeurs. C'est en effet devenu un véritable défi dans bon nombre de secteurs car c’est désormais l’employeur qui doit sé­duire le candidat. Il existe heureusement de nombreuses aides financières encore trop méconnues pour diminuer le coût salarial.
    Lire la suite