Le salaire horaire à 14 euros
Une augmentation de 44,8 %, c'est impossible !

Le syndicat socialiste FGTB s'est invité dans la campagne électorale pour réclamer une hausse du salaire minimum garanti à 14 euros de l'heure. L'UCM a réagi. Ce n'est pas une revendication raisonnable. Cela provoquerait une vague de licenciements forcés et de dépôts de bilan.

Le salaire minimum actuel est de 9,67 euros de l'heure. Passer à 14 euros représente donc une augmentation de 44,8 %. Réclamer une telle hausse salariale est peut-être sans précédent dans l'histoire sociale européenne !

En rémunération mensuelle brute, cela équivaut à passer de 1.589 à 2.300 euros. Compte tenu des cotisations patronales, du treizième mois et du pécule de vacances, le coût supplémentaire est de 18.805 euros par salarié et par an dans le secteur de la construction. Où aller les chercher pour rémunérer un collaborateur qui est forcément débutant et/ou de faible qualification ?

Certes, il n'y a que 200.000 salariés environ qui touchent aujourd'hui le salaire minimum. Il est plus élevé dans la plupart des secteurs, mais évidemment beaucoup plus proche de 9,67 euros que de 14 euros. Les augmentations à concéder seraient très supérieures à la limite de 1,1 % (4,6 % indexations comprises) fixée pour 2019-2020 par le Conseil central de l'économie et garantie par la loi sur la sauvegarde de la compétitivité.

L'UCM est sensible à la question du pouvoir d'achat. Un salaire poche convenable garantit la cohésion sociale et soutient la demande intérieure au bénéfice également des indépendants et des PME. L'accord social interprofessionnel 2019-2020 prévoit d'ailleurs d'appliquer la hausse barémique de 1,1 % d'un coup, dès le mois de juillet, pour le salaire minimum. Et un groupe de travail a été créé entre employeurs et syndicats pour réfléchir à une hausse supplémentaire qui n'impacte pas le coût salarial. L'objectif d'augmenter les plus bas revenus doit être atteint prioritairement par une réduction des charges et des impôts.

Un employeur ne peut pas verser en rémunérations plus que ce qu'il ne gagne. Toute hausse du coût salarial fragilise, de facto, l'emploi. Absorber 4,6 % en deux ans n'est pas évident. C'est le maximum possible. Le salaire horaire à 14 euros est une idée qui séduit sans doute une partie de la population mais pour les hommes et les femmes qui doivent payer ce salaire, c'est inconcevable.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Paiements électroniques
    La baisse des tarifs ne se fait pas sentir

    Depuis 2015 le prix a baissé de 2 % à 26 %. Alors pourquoi les commerçants ont-ils un ressenti différent ?
    Lire la suite
  • La musique doit se payer
    Unisono, la plateforme qui simplifie les démarches

    Il faut payer des droits d'auteur à la Sabam et des droits dits voisins à la Simim et à Playright. Cela fait des années qu'UCM demande à ces trois sociétés de s'harmoniser. Message reçu.
    Lire la suite
  • La CSC affilie des indépendants
    Le syndicat chrétien ratisse (trop) large

    Si la CSC se pique de défendre les indépendants, elle devrait réclamer l'égalité en matière de pension, la baisse des cotisations à 20 %...
    Lire la suite
  • Nouveau congé parental
    Un dixième temps : l'employeur peut refuser

    La nouvelle formule à un dixième temps peut être refusée. C'était une exigence UCM...
    Lire la suite