"Travailler ensemble"
Accord Unia-employeurs pour la diversité

Dans un marché du travail où les pénuries de main-d'œuvre se multiplient, il est important pour les responsables d'entreprise de ne pas passer à côté des talents disponibles. Élargir son champ de recrutement : c'est dans cet esprit que les huit organisations représentatives des employeurs ont signé un accord de collaboration avec Unia, le centre pour l'égalité des chances.

Le taux d'activité en Belgique (74,4 %) est l'un des plus bas de l'Union européenne : 5,3 % de la population âgée de 20 à 64 ans est au chômage et 25,7 % inactive. Pourtant les entreprises rencontrent souvent des difficultés à recruter. Le nombre de postes vacants s'élève à plus de 140.000 selon les estimations. Pour répondre à cette pénurie sur le marché du travail et pour augmenter le niveau d'activité, il est nécessaire que toutes les personnes compétentes et motivées aient un accès à l'emploi.

Or, il apparaît que pour certaines catégories de la population, trouver un job est compliqué. C'est le cas en particulier des jeunes, des aînés, des personnes handicapées ou d'origine étrangère, des femmes qui ont interrompu leur carrière pour raisons familiales. Le taux d'emploi des allochtones est particulièrement faible en Belgique à 65 %, soit dix points sous la moyenne nationale.

L'accord entre Unia et les employeurs, intitulé "Travailler ensemble", a d'abord pour but d'informer. Il s'agit de sensibiliser, de faire connaître les bonnes pratiques, les aides et les incitants qui existent à l'embauche pour certaines catégories de la population, notamment les personnes handicapées. Il s'agit aussi de faire savoir que le centre pour l'égalité des chances est à la disposition des employeurs qui cherchent une information ou un conseil. Unia a dispensé 2.358 heures de formation en un an à des patrons ou des responsables des ressources humaines désireux d'élargir leur champ de recrutement. Cela démontre qu'il y a une demande des entreprises.

Menacer est inutile

La dynamique encouragée par "Travailler ensemble" est positive. Oui, un employeur peut hésiter à engager un collaborateur différent de ses critères de choix de base : sans expérience ou avec un long parcours, en chaise roulante ou fraîchement établi en Belgique… Aux questions légitimes qu'il se pose, il doit pouvoir trouver des réponses.

Une telle démarche est, selon UCM, la seule pertinente pour ouvrir le marché du travail à tous. La Région bruxelloise a déjà permis l'envoi de "faux" demandeurs d'emploi pour démasquer les employeurs soupçonnés de discrimination. La Wallonie envisage de suivre. Tendre des pièges de ce type est indigne. Cette pratique est même interdite à l'égard des trafiquants de drogue ! Les employeurs ne sont pas des délinquants en puissance à pourchasser. Ils méritent le respect. La contrainte et la menace ne peuvent pas améliorer le vivre ensemble, au contraire.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Allonger le congé de paternité ?
    Une fausse bonne idée pour les PME

    La Chambre débat de propositions de loi sur le congé de paternité. Au lieu des dix jours actuels, le PS veut vingt jours, Écolo vingt-cinq.
    Lire la suite
  • Formations UCM Academy
    Une aide financière à portée de main

    Le partenariat entre UCM et l'Association pour la promotion des PME permet une réduction de 50 % sur le coût de chaque formation.
    Lire la suite
  • Cotisations sociales
    Achever la réforme

    Depuis 2015, les indépendants paient leurs cotisations sociales (20,5 %) sur leur revenu brut de l'année en cours. Si l'ajustement à la hausse peut se faire sans problème, c'est plus compliqué quand les revenus baissent.
    Lire la suite
  • Secteur cherche travailleurs
    La construction veut corriger son image

    Le secteur de la construction tire la sonnette d'alarme. En Wallonie, près de 5.000 postes sont à pourvoir.
    Lire la suite