Les déchets de plastique, source d'emplois

  • 9 %
    des plastiques sont recyclés dans le monde
  • 30 %
    en Europe

À peine 9 % des plastiques sont recyclés dans le monde, 30 % en Europe. Maximiser le réemploi, la réutilisation de la matière et éviter les déchets "ultimes" (mis en décharge) est une priorité de l'Union. Qui nécessite de la main-d'œuvre.

Des objectifs de plus en plus élevés ont été fixés aux États membres pour les différents plastiques, allant de 50 % jusqu'à 95 %. L'économie doit devenir circulaire pour être durable.

Trois consortiums se sont engagés auprès de Fost Plus, l'organisme de collecte des déchets, à construire des unités de recyclage de pointe pour les emballages ménagers. Objectif : traiter en Belgique tous ces plastiques.

D'ici 2022, trois nouvelles unités de recyclage de déchets d'emballage plastique vont donc démarrer : deux en Flandre, à Beringen et Houthalen-Helchteren (Limbourg) ; une en Wallonie, à Couillet (Hainaut). Les investissements de départ s'élèveront à plus de 90 millions d'euros et les trois usines permettront la création d'une centaine d'emplois directs et de deux fois plus d'emplois indirects. Leur lancement finalisera le chaînon manquant du traitement des plastiques d'emballage dans notre pays : jusqu'ici, une fois triés, ces déchets partaient le plus souvent à l'étranger…

L'usine de Couillet sera la première à être opérationnelle. Dès 2022, elle recyclera 40.000 tonnes de bouteilles en plastique (PET) par an. L'investissement de 40 millions d'euros générera une quarantaine d'emplois directs.

Initiée et soutenue par les pouvoirs publics via un prêt de la SRIW (Société régionale d'investissement de Wallonie), l'activité illustre deux préoccupations économiques actuelles : la relocalisation et la circularité. L'usine traitera des déchets qui sont aujourd'hui, pour l'essentiel, expédiés à l'étranger, parfois jusqu'en Asie. Bientôt, le flux sera intégralement orienté vers Couillet. Les bouteilles seront triées, lavées, broyées et transformées en granulés, lesquels serviront ensuite à la fabrication de nouvelles bouteilles destinées aux marchés belge et français.

Deux autres projets de recyclage suivront sur le site : pour les plastiques à haute valeur ajoutée (présents notamment dans les appareils électroménagers) et les plastiques rigides récoltés par Renewi. Ces deux projets représentent un investissement de près de 35 millions d'euros, avec une intervention de la SRIW pour une quinzaine de millions.

La question du tri

Plus on veut recycler, mieux il faut trier car tous les plastiques n'ont pas les mêmes composants. D'où le grand intérêt de développer des unités de tri avec lecture optique, comme le futur centre Val'up à Ghlin (Mons), dont le chantier a démarré en octobre 2020. Cet investissement de 30 millions d'euros, piloté par les entreprises Vanheede et Suez ainsi que des intercommunales hainuyères, permettra de séparer quatorze fractions différentes de plastique. Cette unité emploiera une centaine de personnes à l'horizon 2022.

En complément, un appel à projets, le challenge "Plastics go green and circular", a sélectionné sept projets de PME en Wallonie qui développeront des solutions techniques sur d'autres fractions de déchets de plastique (récolte, logistique, prétraitement, traitement et recyclage).

Par ailleurs, depuis le 1er janvier, il existe en Wallonie une obligation de reprise des vieux matelas à travers les recyparcs. L'unité-pilote de recyclage de matelas usagés à Sombreffe (appartenant au groupe Suez) va donc passer en phase industrielle et augmenter ses effectifs de 10 à 30 personnes.

Ces multiples projets de recyclage des déchets de plastique et autres fractions répondent aux objectifs européens de circularité, engendrent de nombreux emplois locaux et développent les technologies de recyclage pour des matériaux peu ou pas encore traités en Belgique. Une filière circulaire des déchets, notamment de plastique, se développe en Wallonie.

Interdiction des ustensiles en plastique à usage unique

Pailles, couverts, assiettes, gobelets pour boissons ou tiges pour ballons, ce sont quelques-uns des ustensiles en plastique à usage unique dont l'utilisation est interdite dans les établissements ouverts au public depuis le 1er janvier 2021. Cette décision, prise par le gouvernement wallon, clôture la démarche entreprise par la Wallonie pour lutter contre les déchets, économiser les ressources et favoriser la propreté publique.

Pour montrer l'exemple, le gouvernement régional a décidé de ne plus servir de boissons dans des gobelets à usage unique au sein de ses propres services ou lors des événements qu'il organise à partir de la même date.

Les ustensiles à usage unique sont fabriqués entièrement, ou partiellement, à partir de plastiques qui ne sont pas conçus pour accomplir plusieurs trajets ou rotations durant leur cycle de vie. Ils ne peuvent pas être réutilisés et doivent être jetés après une seule utilisation.

Pour les événements publics (festivals, football…), les boissons peuvent encore être servies dans des récipients à usage unique à condition de faire l'objet d'une collecte spécifique et d'un recyclage.

Pour les aliments préparés, le matériel de restauration en plastique à usage unique sera interdit à partir de janvier 2022.

Votre accompagnement UCM Environnement

Obligations de reprise, recyclage et déclarations

Le recyclage de déchets et déchets d'emballage fait l'objet d'une obligation de reprise. Les entreprises qui mettent sur le marché les produits concernés doivent s'identifier et effectuer une déclaration annuelle. Elle doit être effectuée avant le 28 février.

L'entreprise qui met sur le marché des produits emballés doit remplir sa déclaration emballage auprès de Fost Plus (emballages de déchets ménagers) ou Valipac (emballages de déchets industriels).
[ fostplus.be } [ valipac.be }

Pour ce qui concerne la mise sur le marché de produits contenant des piles ou batteries, il faut faire sa déclaration auprès de Bebat.
[ bebat.be }

Pour la mise sur le marché des appareils électriques et électroniques, déclaration sur le site de Recupel.
[ recupel.be }

Le service Environnement UCM informe et accompagne les entreprises en matière de déchets. Obligation de tri, transporteur de déchets, responsabilité emballages, obligation de reprise : les experts UCM répondent à toutes les questions des indépendants et chefs de PME sur la meilleure gestion de leurs déchets.

[ service.environnement@ucm.be }

Autres dossiers se rapportant au même sujet

  • Circuits courts : 15 % de progression par an

    Le circuit court est un mode de consommation avec deux caractéristiques principales : la dimension locale et un minimum d'intermédiaires entre le producteur et le consommateur. La crise sanitaire a renforcé sa croissance.

    Lire la suite
  • Tourisme d'affaires : comment s'en sortir ?

    La crise du coronavirus a fortement impacté les organisateurs de congrès, séminaires et teambuildings. Le printemps fut synonyme d'arrêt complet. Une reprise – lente, partielle, domestique – s'est ensuite enclenchée. Avant d'être perturbée par le second lockdown…

    Lire la suite