Nicolas Delier

Commerce de vélos

Cyclonic, allié de la mobilité douce

11/06/19

Trouver un vélo adapté à ses besoins n'est pas toujours une mince affaire. Nicolas Delier met à profit son expérience et ses compétences pour aider les cyclistes à choisir l'outil qui leur convient.

Ancien coureur cycliste, Nicolas Delier s'est lancé dans l'entrepreneuriat en 2014 avec un commerce de vélos comprenant un atelier de montage et de réparation : "J'ai commencé par être mécanicien automobile, génie civil dans les carrières et magasinier automobile. J'ai ensuite décidé de vivre de ma passion", se souvient Nicolas. Sa compagne, Marie Selvais, qui l'aide régulièrement dans le commerce pour les tâches administratives et l'accueil, évoque les prémices de l'aventure : "Nicolas effectuait des réparations à la maison. Il le faisait simplement par envie." Originaire d'Ath, le couple a choisi d'y installer ses activités car il n'y avait pas de magasin spécialisé dans le cycle aux alentours. "Cyclonic a été le premier magasin à vendre exclusivement des vélos. Nicolas a cette force dans la région et ailleurs d'être reconnu pour ses compétences techniques." Quant à l'emplacement du magasin, il est idéal pour y tester un potentiel achat : près d'un Ravel et sur une nouvelle place piétonnière.

En plus de promouvoir la mobilité douce, Nicolas a naturellement une conscience écologique dans sa manière de vendre, sans pousser à la consommation excessive ou au gaspillage. Par exemple, il ne va réparer qu'en cas de besoin et il maximise la réutilisation des pièces en bon état. "Si on me demande de remplacer une chaîne, je ne le ferai que si je le juge nécessaire. Je vais avoir tendance, dans le cas contraire, à conseiller de revenir dans quelques mois pour la changer ou à fixer un délai. Je ne vendrai pas quelque chose à quelqu'un qui n'en a pas l'utilité. Je n'encourage pas l'achat compulsif."

Le fondateur de Cyclonic privilégie donc la qualité de la marchandise qui doit être facilement réparable, démontable, durable et adaptable au fil du temps. "Les prix chez nous seront différents de ceux des grandes enseignes qui peuvent avoir certaines offres exceptionnelles. Toutefois, chez Cyclonic, on a confiance en la qualité que l'on vend car on assure la réparation. Pour y arriver, on se rend chez les fournisseurs, on va voir l'usine. Le but n'est pas de s'étendre avec 50.000 marques", ironise l'entrepreneur. Cyclonic vend également ses propres gourdes et produits de nettoyage comme des solutions de dégraissage écologiques : "On a ce souhait de respect de l'environnement et on compte s'engager davantage dans cette voie", affirme Marie. Très peu de déchets sont produits dans le magasin, tout est récupéré autant que possible. Les cartons servent à nouveau d'emballages par exemple. "Nicolas a cet automatisme de réutiliser. Il essaie de ne pas jeter ce qui est encore exploitable, comme des pièces détachées, les métaux, etc." Cyclonic propose d'ailleurs à la vente des bicyclettes d'occasion : "On reprend les vélos (en bon état bien sûr) si les gens le souhaitent. Quand les enfants grandissent, ils nous rendent le leur et en achètent un à leur taille. Les prix sont naturellement plus avantageux dans ce cas", précise Nicolas. Il a aussi développé un modèle de fonctionnement s'apparentant à de l'économie de la fonctionnalité. L'agence de sécurité de chez Baxter possède deux vélos et un contrat de maintenance avec Cyclonic. Quand il y a un problème, Nicolas se rend sur place pour les réparer. Il a un accord selon le même principe avec une école.

Prendre goût au cyclisme

La clientèle actuelle de Cyclonic comprend essentiellement des personnes qui se remettent au sport ou des cyclistes confirmés. D'après Nicolas et Marie, plus rares sont ceux qui veulent pédaler pour diminuer leurs trajets en voiture. "Les gens qui viennent avec la motivation de réduire l'utilisation de la voiture au quotidien existent, notamment pour les déplacements jusqu'au lieu de travail, mais il n'y en a malheureusement pas encore assez", pointe Marie. Le couple a cependant des arguments pour motiver le public à privilégier des moyens de transport plus doux : "Mettons d'abord en avant la santé et le bien-être que cela procure, les moments en famille et l'environnement, la découverte de ce qui nous entoure. Il faut donner le goût de pédaler au grand air. Cela peut commencer par des petits trajets réguliers comme aller chercher vos pots de yaourt à la ferme ou passer à la pharmacie."

Le monde des deux-roues en évolution

Dans le domaine du vélo, tout est fait pour améliorer le confort, l'ergonomie, sans oublier l'aspect esthétique ; de quoi renforcer la confiance en l'achat. Une multitude de types existent, pour s'adapter aux besoins de chacun. Que le client souhaite un vélo de course, tout terrain, pour enfant, électrique, léger, pliable, il trouvera ce qu'il lui faut chez Cyclonic. "Certains modèles sont mêmes adaptés pour les personnes qui ont des problèmes de hanche ! Et la gamme d'accessoires est très vaste. Cela va des sièges pour bébé qui sont de plus en plus sécurisés et confortables, jusqu'à des cadenas spéciaux homologués par les compagnies d'assurance qui proposent des solutions en cas de vol", explique Nicolas.

Les idées foisonnent chez Cyclonic, qui a tout récemment organisé une semi-nocturne VTT. Nicolas et Marie pensent adhérer à des projets en faveur de la mobilité douce ou encore optimiser leur offre à destination des enfants et des dames. Ils ont aussi à cœur de concrétiser des partenariats dans un futur proche…

Carte d'identité de l'entreprise

Cyclonic, Nicolas Delier

Place du Grand Bassin 6
7800 Ath