Namur : projet Côté Verre
Avis négatif, signal d'alarme

Le dossier du centre commercial Côté Verre au Square Léopold a été soumis à l'Observatoire du commerce. Pointant l'absence de complémentarité entre le projet et l'offre commerciale existante, l'instance wallonne a remis un avis défavorable.

En 2015 déjà, UCM, qui participait au comité de concertation du Square Léopold, avait déclaré qu'il valait mieux construire un complexe commercial en centre-ville plutôt qu'en périphérie. Et aux conditions suivantes : que les nouveaux mètres carrés commerciaux soient complémentaires à l'offre existante, que l'offre horeca soit limitée à maximum 500 m², que les enjeux de mobilité soient rencontrés et que le site soit la parfaite continuité du cœur de ville. La position UCM n'a pas changé et s'est même renforcée, prenant en compte deux nouveaux éléments : l'élargissement du piétonnier et les changements des besoins des consommateurs liés aux crises successives.

Si UCM apprécie les efforts consentis depuis 2015 dans l'évolution du projet initial en faveur d'une diminution de l'offre commerciale et d'une mixité fonctionnelle (commerces, logements, bureaux), elle salue néanmoins l'avis défavorable de l'Observatoire du commerce. Cet avis va permettre à la Ville de Namur et au promoteur de revoir leur copie pour que le projet réponde davantage non seulement aux besoins des clients des enseignes et des résidents de la capitale wallonne, mais aussi et surtout à ceux des commerçants indépendants.

Le projet tel qu'introduit prévoit la création d'un nouvel ensemble mixte en lieu et place de l'actuel parking Léopold et du magasin C&A. Il se compose de 14.256 m² de surface commerciale nette, 2.750 m² de restauration, 900 m² de loisirs, 8.390 m² de bureaux, 122 unités de logement pour environ 11.600 m², ainsi que 824 emplacements de parking.

L'absence de complémentarité entre offres actuelle et future est la principale crainte de l'Observatoire du commerce : en proposant une part significative des cellules d'une superficie inférieure à 200 m² (la taille médiane étant de 141 m²), Côté Verre devient un concurrent direct des cellules que l'on retrouve en centre urbain. De plus, aucune garantie contraignante entre les autorités et le gestionnaire du complexe n'a été établie pour éviter la migration à son profit d'enseignes installées en centre-ville.

En outre, l'offre horeca envisagée est quatre fois plus élevée que la recommandation initiale. Il est donc très peu probable que les utilisateurs de Côté Verre aient besoin d'en sortir pour se restaurer.

Autre point d'attention pour UCM : l'ensemble du centre-ville sera demain piéton, excepté la voirie séparant le projet du reste de la ville. Cette artère sera la principale voie de sortie pour tout le charroi de voitures et de bus qui entreront et quitteront Namur. Peut-on parler de porosité complète et de parfaite continuité dans ce cas ?

Comme elle l'a été depuis l'ébauche du projet, UCM se tient prête à participer activement aux discussions pour partager son expertise et ses pistes de solutions. Elle convie d'ailleurs la Ville à une rencontre, dans l'objectif d'adapter ensemble le projet afin qu'il réponde aux besoins de tous.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Namur
    Moment d’échange entre UCM et les acteurs du DÉVELOPPEMENT LOCAL

    En mars, UCM organisait une rencontre entre les différentes Agences de Développement Local (ADL) et les gestions de centre-ville de la Province de Namur au Château de Beez.
    Lire la suite
  • Séminaire "Horizons durables"
    Des projets immobiliers qui comptent

    Le Bureau économique de la province de Namur (BEP) a organisé en avril dernier son second séminaire autour des opportunités immobilières d’avenir pour les entreprises : une présentation des projets immobiliers publics écoresponsables en cours et à venir sur le territoire namurois.
    Lire la suite
  • Wallonie
    Le commerce de proximité au cœur de la cible

    Des surfaces vides, à foison. Le constat est peu ou prou le même dans tous les centres-villes et villages, les commerces quittent les lieux. Le "Plan Horizon Proximité" entend mal­mener cette désertification dans le cadre du Plan de relance de la Wallonie.
    Lire la suite