Se préparer à transmettre

Du 15 au 19 novembre se tiendra la Semaine de la transmission d'entreprise en Wallonie. Au programme : une centaine d'événements pour mieux appréhender les étapes d'un long processus qui demande anticipation, réflexion et souplesse.

La crise Covid a obligé les dirigeants à s'adapter pour assurer la survie de leur entreprise. Si l'on comprend qu'ils ont particulièrement le nez dans le guidon en cette période délicate, la question de leur futur à la tête de leur TPE/PME doit toutefois pouvoir se poser. On estime que près d'un tiers des chefs d'entreprises wallonnes envisagent la cession de leur activité pour cause de retraite. Cet enjeu de la transmission nécessite une bonne préparation et surtout des conseils judicieux afin d'assurer la pérennité de l'activité.

C'est pourquoi l'organisme public Sowalfin organise, avec ses partenaires et sous l'impulsion du ministre wallon de l'Économie Willy Borsus (MR), la sixième édition de la Semaine de la transmission d'entreprise, du 15 au 19 novembre. Elle vise à informer les entrepreneurs sur les enjeux de la cession/acquisition d'entreprise et sur l'importance pour eux d'être efficacement accompagnés dans leurs démarches (pareille initiative est prévue aux mêmes dates en Région bruxelloise via le 1819.brussels).

Cette année, ce sont près de cent rencontres qui seront proposées dans divers lieux, partout en Wallonie, ou encore de manière virtuelle, sous la forme de webinaires mais aussi d'entretiens individuels par vidéoconférence… À la manœuvre, la Sowalfin bénéficie du concours d'opérateurs économiques publics et privés dont UCM, ainsi que de nombreux professionnels spécialistes de la transmission (avocats, comptables et experts-comptables, cabinets de cession/acquisition, réviseurs d'entreprises, experts bancaires…).

"Céder mon activité à mes enfants ?" ; "Transmettre aux membres du personnel ?" ; "Combien vaut mon entreprise ?" ; "Comment entrer discrètement en contact avec un repreneur potentiel ?" ; "Développer mon activité actuelle en reprenant une entreprise existante ?" ; "Démarrer une activité indépendante via la reprise ?" : ces questions, et bien d'autres, seront analysées en détail au cours de la Semaine de la transmission.

Tous les événements sont gratuits. Une inscription préalable est demandée sur le site internet de l'opération, où figure le programme complet.

[ semainedelatransmission.be }

"Il n'est jamais trop tôt !"

Questions à Arnaud Daxhelet (UCM), conseiller pour le dispositif de stimulation à la transmission d'entreprise de la Sowalfin…

Arnaud Daxhelet
© Luc Léonard

  • - Pourquoi la Wallonie a-t-elle mis en place ce dispositif de stimulation ?

    - L'idée vient du constat que trop d'entreprises wallonnes périclitent parce qu'elles ne sont pas transmises, ou du moins pas dans les bonnes conditions. Le principe est donc de soutenir les chefs d'entreprise dans leurs démarches de transmission afin de s'assurer que les activités wallonnes continuent à fonctionner après le départ du dirigeant.

  • - En quoi consiste votre accompagnement ?

    - Tout d'abord, notre rôle est d'expliquer le processus de transmission, ses différentes étapes, afin que le dirigeant soit au fait de ce qui l'attend lorsqu'il se lancera pleinement dans son projet de cession. Ensuite, s'il le souhaite, nous pouvons réaliser un premier diagnostic nous permettant d'identifier les forces de l'entreprise mais également les points qui pourraient s'avérer problématiques dans le cadre d'une transmission. Grâce à ce diagnostic, nous serons en mesure de déceler ses besoins en accompagnement et lui remettre une liste d'experts adaptée à ses besoins. Ce sont ces experts qui, par la suite, l'accompagneront de façon concrète dans son processus de transmission. Notre accompagnement quant à lui est gratuit, confidentiel et neutre vis-à-vis des experts.

  • - À quel moment est-il le plus opportun de vous contacter pour lancer les démarches ?

    - Il faut savoir qu'en moyenne, une transmission prend cinq ans. Cela varie évidemment d'une entreprise à l'autre mais forts de ce constat, nous conseillons au dirigeant d'entamer les démarches et le processus de réflexion suffisamment tôt afin d'aborder sa transmission d'entreprise de manière sereine et efficace. Par ailleurs, une opportunité pourrait se présenter à tout moment. Il faut pouvoir être prêt lorsque cela arrive afin de maximiser les chances de succès de sa cession.

  • - Quelles sont les difficultés les plus fréquemment rencontrées dans ce type d'exercice ?

    - Le processus de transmission peut être parsemé de nombreux obstacles mais les plus problématiques sont souvent d'ordre émotionnel et pas technique, contrairement à ce que la plupart des entrepreneurs peuvent croire. D'où l'importance de préparer le terrain suffisamment à l'avance pour que toutes les parties prenantes soient prêtes psychologiquement à s'engager dans cette étape importante de passage de flambeau.

  • - Existe-t-il des aides financières ?

    - Les experts que nous renseignons à l'issue de notre accompagnement sont labellisés "chèques-entreprises". En transmission, ces aides s'octroient en deux temps : le premier chèque, "diagnostic cession ou reprise", permet de vous faire aider par un professionnel en vue de prendre une décision de type "Go/No Go". L'intervention dans les frais de mission est de 75 % avec un maximum de 7.000 euros sur trois ans. Si vous décidez d'aller plus loin dans l'opération, le second chèque, "accompagnement cession ou reprise", sera débloqué. Dans ce cas, vous aurez droit à une intervention de 50 % dans les frais de mission du prestataire avec un maximum de 15.000 euros pour trois ans.

Comment s'y prendre ?

Pour lancer les démarches, il suffit d'entrer en contact avec un agent transmission afin d'organiser un premier rendez-vous.

081/ 48 62 10
transmission-entreprise@ucm.be }

Qui cherche bien trouve

La Sowalfin-transmission anime une "plateforme PME" pour établir les liens entre cédants et acquéreurs. Sa base de données lui permet de filtrer les profils de cédants anonymes (entreprises à vendre) correspondant aux critères émis par les candidats acquéreurs qui la sollicitent. Les profils anonymes sélectionnés sont envoyés par e-mail aux acquéreurs potentiellement intéressés.

Un entrepreneur cédant doit se faire accompagner par un partenaire agréé pour pouvoir faire publier (gratuitement) son profil sur la plateforme PME. En cas d'intérêt manifesté par un candidat acquéreur, la Sowalfin mettra ce dernier en relation avec l'accompagnateur agréé du cédant.

Pour les candidats acquéreurs, les frais d'affiliation au dispositif s'élèvent à 300 euros TVAC. Lorsqu'une transmission se concrétise grâce à la plateforme, une commission est calculée sur le montant de la transaction.

Affaires à suivre

Autre outil précieux au service de la transmission, affairesasuivre.be est un site d'annonces d'achat et de vente qui concerne spécifiquement : les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 500.000 euros ; les activités du commerce de détail, de l'horeca, des services aux personnes ; les indépendants et titulaires de profession libérale.

L'accès est gratuit pour les potentiels acquéreurs. Les cédants, quant à eux, bénéficient de la gratuité pendant les trois premiers mois de publication et doivent ensuite payer 90 euros HTVA par trimestre supplémentaire.

[ sowalfin.be/transmission }
[ affairesasuivre.be }

En chiffres

Le bilan 2020 de la Sowalfin-transmission, c'est :

  • plus de 500 cédants et près de 600 acquéreurs rencontrés individuellement ;
  • 165 profils de sociétés diffusés sur la plateforme PME, pour près de 300 candidats acquéreurs ;
  • 115 annonces de TPE publiées sur affairesasuivre.be ;
  • 120 manifestations organisées durant la Semaine de la transmission et près de 1.000 entrepreneurs
  • participants
  • 396 demandes de chèques transmission

Autres dossiers se rapportant au même sujet

  • Tourisme d'affaires : l'incertitude, encore…

    Après les pénibles périodes de confinement, le secteur des séminaires, congrès et teambuildings s'était redressé. En septembre dernier, la rentrée fut même faste. Mais un mois plus tard, la quatrième vague du coronavirus a semé le désarroi. Une fois de plus.

    Lire la suite
  • Industrie 4.0, défi des PME manufacturières

    Usines du futur, internet des objets, big data, cobots… tous ces termes sont à la mode. Pour beaucoup d'industriels, ils restent souvent obscurs. Ou s'apparentent à des utopies impayables. Le point en cinq questions.

    Lire la suite