Le groupe Cordier

Grossiste en l'alimentation

Perpétuer et valoriser le travail familial

16/01/20

Le groupe Cordier de Manage prend de l'ampleur. 2020 sera l'année de l'agrandissement de l'entreprise avec notamment la construction d'un nouvel entrepôt.

Isabelle Morgante

Innover dans la continuité : telle pourrait être la devise du groupe Cordier, aujourd'hui emmené par Simon Cordier, représentant la quatrième génération d'une famille d'entrepreneurs hennuyers.

Le core business du groupe, ce sont les salaisons, fromages, boissons, l'aménagement de la table, le service traiteur, les surgelés mais aussi les produits d'entretien. Un atelier de slicing (découpe) donne de la valeur ajoutée aux produits à destination des professionnels. Le stock compte 10.000 références, livrables à flux tendu.

Le grossiste s'adresse aux professionnels de l'alimentation et aux particuliers, notamment via son espace "cash&carry" dont le succès va croissant.

Progression

L'aventure commence en 1928 lorsque Raoul Lachambre, arrière-grand-père de Simon Cordier, entame sa carrière de maraîcher dans le Hainaut. Au fil des années, le grand-père, Albert, et Jean-Marie Cordier, père de Simon, s'investissent dans l'entreprise et en reprennent successivement les commandes. Simon Cordier, administrateur du groupe, n'avait pas choisi la même destinée. "Je voulais faire autre chose, c'est la raison pour laquelle j'ai effectué des études de carrosserie mécanique, par amour des belles voitures et particulièrement des ancêtres. C'est d'ailleurs encore ma façon de déconnecter du quotidien de l'entreprise. J'ai travaillé deux ans dans un atelier de carrosserie, puis j'ai intégré l'entreprise familiale, en passant par tous ses postes. J'ai été chauffeur durant cinq ans. Ensuite, j'ai travaillé dans les bureaux, de la commande à l'administratif, pour connaître l'entreprise de A à Z et en mesurer tous les aspects. Être chauffeur m'a particulièrement plu. Je parcourais la région bruxelloise, en contact permanent avec les clients. Cela m'a appris à bien connaître l'entreprise, les produits que nous vendons tout en organisant mes journées. Il est primordial de savoir de quoi on parle pour bien le vendre", se souvient l'actuel maître des lieux.

1985 dessine les nouveaux contours de l'entreprise Cordier, l'activité de grossiste alimentaire apparaît, parallèlement à celle de maraîcher. Tout s'organise à Carnières. Cinq ans plus tard naîtra la SA Cordier Salaisons. En 1998 sera construit un premier bâtiment de 1.000 m² dans le zoning industriel de Manage, marquant l'envol définitif des entrepreneurs vers des structures plus professionnelles.

Le groupe Cordier Salaisons, c'est aujourd'hui quatre entreprises dont Simon Cordier assure la pérennité depuis 2013. "À mon arrivée, il m'a paru primordial de donner un souffle nouveau et d'apporter de nouvelles idées. Nous avons soumis l'entreprise à un audit externe et, par exemple, revu toutes nos relations commerciales. J'ai rencontré les fournisseurs et écouté le personnel, tout en parlant avec mon père."

Agrandissement

Au fil des mois, Simon Cordier a posé son management. Dès 2000, son père avait entamé le rachat de trois concurrents régionaux. Il avait arrêté définitivement l'activité de maraîcher en 2003, construit une ligne de "slicing" (tranchage, emballage et étiquetage de salaisons) l'année suivante et inauguré en 2005 un congélateur pouvant accueillir 600 palettes de stockage. Simon a continué sur cette belle lancée en 2015, en rachetant un grossiste alimentaire basé à Wavre. "Mon père avait amorcé la diversification du groupe en ouvrant le “cash&carry” il y a vingt ans. Nous poursuivons le travail en bâtissant en 2020 un nouvel entrepôt sur un terrain proche de notre entreprise. Nous allons également doubler la surface des chambres froides et de congélation. Au total, nous allons bénéficier de plus de 6.000 m² pour l'entreposage. Enfin, c'est également cette année que nous finalisons le rachat d'un grossiste alimentaire dans le Hainaut", annonce l'entrepreneur de 37 ans.

Votre accompagnement Secrétariat social UCM

Aurélia Moreau (UCM) souligne la rigueur des entrepreneurs vis-à-vis de leurs collaborateurs.

"Un entrepreneur rigoureux et respectueux"

Aurélia Moreau gère les dossiers du groupe Cordier depuis qu'elle a rejoint le Secrétariat social UCM à La Louvière il y a quelques années, après une formation en ressources humaines et un début de carrière dans l'intérim.

"Inscrit en commission paritaire 119 (commerce alimentaire) et comptant 72 équivalents temps plein pour quatre entreprises, le groupe Cordier est d'une très grande rigueur et respectueux envers ses collaborateurs, confie Aurélia. Les salaires doivent être payés très précisément au 5 du mois, il n'y a aucune dérogation possible."

Et la jeune femme d'ajouter : "Mon expérience dans le monde de l'intérim me permet de constater le taux très bas de turn-over, c'est signe d'une entreprise saine, dans un secteur pourtant sensible. Ce travail avec le groupe, c'est vraiment une belle collaboration ! Simon Cordier ne tourne pas autour du pot ; une façon de faire identique à la mienne."

Autres portraits de la même catégorie

  • Robin Lespagnard

    Nouvelle génération en action

    À 24 ans, Robin Lespagnard pilote une entreprise numérique d'une douzaine de collaborateurs. Son site Selectos, spécialisé dans la sélection de produits, est devenu la référence sur la toile francophone.

    Lire la suite
  • Alexandra et Bernard Hallet

    La fête, c'est une affaire de pros !

    La belle histoire d'Alexandra et Bernard Hallet s'écrit de la Normandie au bien nommé village hennuyer de Rèves (Les Bons Villers), là où le couple "wedding planner" vit et imagine mariages et cérémonies de A à Z.

    Lire la suite