Fusion des secrétariats sociaux UCM
UCM unifie son service aux employeurs

Au 1er janvier 2020, les deux secrétariats sociaux UCM formeront une entité juridique unifiée. Changement pour les employeurs ? Non, bien au contraire ! Au fil des mois, la fusion permettra de proposer un service renforcé.

Unique groupe francophone de services aux entrepreneurs, UCM veut les accompagner depuis la naissance de leur projet jusqu'à la transmission de leur affaire. Cette tâche ambitieuse comprend bien entendu l'assistance et le conseil aux employeurs.

Historiquement, les "secrétariats sociaux" se chargeaient du calcul des salaires : cotisations sociales, précompte, net à payer. Cela reste leur cœur de métier, mais leur offre est aujourd'hui beaucoup plus large et diversifiée. Cette évolution favorise les structures de taille moyenne, qui ont les moyens de développer des services mais gardent la souplesse et la proximité avec les clients. En dix ans, nous sommes passés en Belgique de 37 à 29 secrétariats sociaux.

Il n'y en aura plus que 28 au 1er janvier prochain puisque les deux entités juridiques UCM vont s'unir.

Actuellement, l'une couvre la province de Liège, l'autre le reste de la Wallonie et Bruxelles. En 2020, le service unifié comptera 24.000 employeurs, 34 % du total francophone. Il renforce ainsi sa position face aux groupes flamands qui ont développé des antennes francophones.

"Techniquement, explique Jean-Charles Depoterre, directeur général du Secrétariat social UCM, l'union se fera par constitution d'un portefeuille unique, avec transfert du personnel. L'emploi est garanti. Nous ferons des économies d'échelle au fil du temps avec la fusion des activités de support et l'utilisation des mêmes outils techniques. Nous investirons les moyens dégagés dans le renforcement d'une relation privilégiée avec le client. C'est là que nous faisons la différence par rapport à nos concurrents."

"Nous avons déjà maintenant le même nom et la même affiliation au groupe UCM, ajoute Frédéric Mignolet, son homologue liégeois. Nous étions alliés. Nous allons travailler ensemble, prendre le meilleur de ce qui existe de chaque côté et proposer aux employeurs une offre unique avec les mêmes outils. Sans les bousculer : nous nous donnons quatre ans pour dépasser les spécificités existantes."

Les services proposés

Le calcul des paies, service de base d'un secrétariat social, constitue aujourd'hui le strict minimum, l'indispensable. Il est actuellement le socle d'une offre beaucoup plus vaste.

"Il y a vingt ans, se souvient Jean-Charles Depoterre, le slogan UCM était “faites votre métier, laissez-nous les ennuis”. Ce n'est plus suffisant. Être employeur ne s'apprend pas. Les chefs de PME et de TPE demandent, à juste titre, de l'aide, un accompagnement, une proactivité. Ils doivent avoir un contact personnalisé, un gestionnaire qui les connaît, qui est disponible, proche et fournit une information pertinente. Cela ne sert à rien d'envoyer un lien vers une législation de 300 pages. Il faut en extraire les deux pages utiles pour le secteur et l'entreprise et les communiquer dans un langage compréhensible."

Dans cet esprit, le service fourni par UCM est multiforme. Il commence avec l'information et le suivi des futurs employeurs, y compris l'aide au recrutement. Il comprend tout ce qui touche à la gestion des ressources humaines (formation, promotions, politique des rémunérations, optimisation salariale…). Il gère au mieux les exceptions et cas particuliers (travail de nuit, horeca, construction, télétravail…). Il assure le respect des obligations (règlement de travail, médecine externe…) et fournit des conseils juridiques personnalisés. Il procure enfin des outils de connectivité simples et pratiques, où un seul encodage suffit. Entrer ses données permet de visualiser des données statistiques pour son entreprise et de les comparer avec les moyennes de son secteur : coût du travail, absentéisme, pyramide des âges…

"Nous travaillons au service des employeurs et nous essayons toujours de trouver la meilleure formule pour eux, mais dans le respect de la législation, précise Jean-Charles Depoterre. Nous sommes attentifs à réduire au maximum les complexités et absurdités auxquelles sont confrontés nos employeurs. Nous échangeons en permanence avec nos collègues UCM du Mouvement patronal et nous agissons auprès des partis, des parlementaires, des ministres et de leurs cabinets pour faciliter la vie des entrepreneurs. Nous sommes le seul secrétariat social qui bénéficie d'un tel relais et nous en sommes très fiers."

Un formalisme imposé

 

La fusion implique un transfert formel des clients du Secrétariat social de Liège. Ils restent UCM, garderont le même conseiller, personne de confiance dans la gestion de leur dossier, et la même offre de services. Les évolutions seront progressives et les améliorations concerneront l'ensemble des clients.

Techniquement, les clients liégeois seront informés par courriel, puis par lettre recommandée. C'est une obligation légale.

 

Une bonne réputation

 

Le "net promotor score" (NPS) est un outil marketing qui permet de mesurer l'image d'une entreprise. La question posée aux clients est : "Recommanderiez-vous notre marque à vos connaissances ?".

Le NPS des secrétariats sociaux est parfois négatif, souvent autour de zéro. UCM est donc heureuse et fière d'arriver à un résultat global de + 10 pour son service aux employeurs.

Questions aux patrons

Jean-Benoît Le Boulengé (JBLB) est administrateur délégué des services UCM. Il chapeaute l'ensemble des services aux entrepreneurs, hors Mouvement patronal de défense et représentation. Rodolphe Gambini (RG), indépendant et chef d'entreprise, est président et administrateur délégué du Secrétariat social UCM Liège.

- Les employeurs sont les clients les plus importants d'UCM ?

(JBLB) - Ils sont importants, comme le sont tous les clients UCM. Servir les employeurs est une activité essentielle, qui demande beaucoup de personnel, mais c'est un élément dans l'ensemble de ce que nous faisons en faveur des entrepreneurs.

- Pourquoi unir les deux secrétariats sociaux ?

(RG) - UCM est née sur des bases locales, provinciales. À l'origine, nous avions cinq secrétariats sociaux ! Le monde a changé. Il est aujourd'hui indispensable d'avoir une vision stratégique claire et homogène. Nos clients et nos partenaires comptables ne comprenaient plus pourquoi un employeur de Namur ou de Bruxelles ne disposait pas des mêmes outils et des mêmes services que son confrère de Liège. L'union est nécessaire pour avoir plus de visibilité, de clarté, de force et de possibilités de s'adapter aux besoins, qui évoluent sans cesse. Nous devenons ainsi un partenaire unique pour les entreprises et fédérations présentes sur tout le territoire wallon et bruxellois.

- C'est au détriment de la proximité ?

(JBLB) - Pas du tout ! Nous gardons un ancrage local fort au travers de nos espaces clients décentralisés, qui resteront tous ouverts. Nos employeurs auront les mêmes contacts, la même qualité de service avec un support renforcé. Nous voulons penser transversalement, mais agir localement.

- C'est la différence UCM par rapport aux autres secrétariats sociaux ?

(RG) - C'est une différence importante. Nous avons une densité de bureaux décentralisés sans égale. Mais ce qui nous différencie aussi et surtout, c'est le fait d'être liés à une organisation patronale.

- Qu'est-ce que ça change ?

(JBLB) - Nous sommes en phase avec les intérêts et les besoins des entrepreneurs. Tous les services dont je suis responsable s'appellent UCM et revendiquent leur filiation avec le Mouvement de défense et de représentation. Cela nous donne un supplément d'âme, une cohérence, une légitimité et une crédibilité. Nous ne travaillons pas pour des actionnaires, ni pour un groupe financier, ni pour une faction politique mais uniquement à aider et accompagner au mieux les indépendants et les employeurs.

- Cela doit se sentir dans tout ce que fait UCM ?

(JBLB) - Tout à fait. C'est notre ADN. Cela donne une plus-value à notre action et, à titre personnel, me procure un sentiment de fierté d'être l'administrateur délégué d'UCM.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Diffusion de musique
    Unisono simplifie la vie

    Diffuser de la musique auprès de ses clients (magasin, restaurant, salle d'attente…) ou de son personnel oblige le chef d'entreprise à payer des droits.
    Lire la suite
  • Allocations familiales
    La réforme wallonne est très complexe

    Les montants changent en Wallonie nés à partir du 1er janvier. Ils ne seront plus de 94 euros pour le 1er enfant, 174 euros pour le 2e et 259 euros pour le 3e et les suivants, mais bien de 155 euros quel que soit le rang.
    Lire la suite
  • Active Women Awards
    Des modèles de réussite au féminin

    Le 28 novembre dernier avait lieu la cérémonie de remise des prix "Active Women Awards" des femmes les plus inspirantes de Wallonie et Bruxelles.
    Lire la suite
  • Union professionnelle membre UCM
    Faire voyager, un métier qui se réinvente

    Organisme de référence en Wallonie et à Bruxelles, l'Upav défend la profession et s'adapte aux nouvelles tendances.
    Lire la suite