Pour limiter les licenciements
Les aides à l'emploi régionales, outil efficace

La dernière enquête UCM indique que 44 % des chefs de PME francophones craignent de devoir réduire l'emploi. Une telle vague de licenciements serait une catastrophe sociale, mais également un coup d'arrêt à l'économie. Pour l'entreprise aussi, le "meilleur" licenciement est celui qui n'a pas lieu. Cela permet un redémarrage plus complet de l'activité.

Afin de garder leur personnel, les employeurs de Wallonie et de Bruxelles sont nombreux à demander une augmentation temporaire des aides régionales à l'emploi. Il s'agit principalement du plan Activa dans la capitale et des incitants Impulsion et Sesam pour le sud du pays. Les emplois concernés sont ceux des publics cibles sur le marché du travail : jeunes, aînés, personnes peu qualifiées ou premiers salariés dans une très petite entreprise. Pour un commerçant, restaurateur, entrepreneur ou artisan qui bénéficie de ces aides, quelques milliers, voire même quelques centaines d'euros peuvent faire la différence. La Communauté germanophone l'a bien compris : ses aides "AktiF" sont doublées du 1er juillet au 31 décembre.

Du budget disponible

Bruxelles et la Wallonie ont-elles les moyens de prendre une telle mesure ? Oui, plaide UCM. Tant le Forem qu'Actiris avaient prévu une année 2020 avec une croissance de l'emploi. Le budget des trois mécanismes en question approche les 600 millions d'euros. Or, les demandes des entreprises sont évidemment tombées quasiment à zéro à la mi-mars. Il y a donc des moyens disponibles pour augmenter les aides déjà promises et en accélérer le versement. Reste à le décider. Ce n'est pas le moment de réorienter un budget emploi vers d'autres dépenses.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Chômage temporaire massif
    Les jours de vacances annuelles s'accumulent

    C'est une situation embarrassante pour les entreprises, qui ont besoin de mettre les bouchées doubles d'ici décembre afin de récupérer une partie des pertes du confinement.
    Lire la suite
  • Maternité des salariées
    Charges supplémentaires pour les employeurs

    La nouvelle loi pénalise doublement les employeurs.
    Lire la suite
  • Maladie du travail
    Extension

    La reconnaissance du Covid-19 était comme maladie professionnelle s'étend aux travailleurs des secteurs cruciaux ou essentiels actifs durant le confinement.
    Lire la suite
  • La rétroactivité a pu être évitée
    Le chômage pour force majeure suspend les préavis

    Jusqu'au 13 mars, le recours au chômage pour force majeure étaient très rares. Si un préavis était en cours, il continuait à courir...
    Lire la suite