Tenir aujourd'hui et prévoir demain

L'énergie est devenue impayable pour la plupart des PME et indépendants. UCM est à leurs côtés au cœur de la tempête mais aussi sur le long terme, pour faciliter leur transition énergétique.

Les causes de la crise économique et énergétique actuelle sont multiples et complexes. Il revient à chacun(e), selon ses capacités, d'agir de manière courageuse pour améliorer la situation, aujourd'hui mais également pour les décennies à venir. UCM accompagne sur cette voie les professionnels de Wallonie et de Bruxelles, et intervient auprès des décideurs pour faire baisser les factures d'énergie (lire l'édito en page 3) et soulager les charges pour les employeurs. Son service d'études défend toutes les options aux différents niveaux de pouvoir.

Mais le premier Comité de concertation "Énergie" a montré que le salut ne viendrait pas de son côté (du moins à court terme), que des mesures bénéfiques ne sont pas encore visibles et que les solutions concernant des investissements techniques et leur financement ne pourraient porter leurs fruits qu'à un horizon de quelques mois au moins.

Baisser les bras n'est pas une option, les garder croisés est intenable. Comment agir sur le terrain ? Les conseillers énergie UCM, qui connaissent le vécu et le bon sens des entreprises, comprennent que certaines recommandations soient difficiles à entendre pour les PME et indépendants en prise depuis de longs mois avec des factures énergétiques trop élevées. Plusieurs pratiques permettraient cependant de limiter les dégâts…

. Factures d'énergie

Il faut disposer d'informations précises quant à ses consommations. Un relevé mensuel des compteurs doit être effectué et retranscrit. En kilowattheures (kWh), pas en euros, afin de savoir quelle quantité d'énergie est consommée, indépendamment des prix. Cela permet aussi de détecter toute anomalie au plus vite (appareil défectueux, mauvaise régulation…).

Ensuite, cette quantité d'énergie sera liée à un montant financier qui dépendra des contrats d'énergie. Sous contrat fixe, la situation actuelle recommande de ne surtout rien changer. En cas de contrat variable (et même hors crise), il est important de comparer souvent les différents contrats de fournisseurs. Des acteurs sont disponibles pour aider à s'y retrouver et vont même jusqu'à effectuer toutes les démarches pour les entreprises et indépendants (cf. UCM Magazine de février 2022).

. Zonage et isolation

La perspective de l'hiver effraie vu l'indispensable chauffage des bâtiments. Réduire le volume concerné est une solution. Une entreprise ayant un espace de stockage chauffé et ne pouvant se passer de chaudière pourrait être cloisonnée en fonction des chauffages en place et le stock compacté dans un même espace. Dans les commerces, la concentration de marchandises pourrait être densifiée dans certaines zones pour limiter le chauffage d'autres parties qui seraient séparées par des cloisons sèches temporaires et peu onéreuses. Colmater des portes et fenêtres mal isolés avec des rideaux ou autres matériaux s'avère parfois nécessaire.

. Chaudière et chauffe-eau

Le réglage des appareils est important. Tout d'abord, un entretien régulier est primordial (et d'ailleurs obligatoire) pour s'assurer du meilleur rendement de l'installation. Ensuite, une réduction d'un degré de la température de chauffe représente une diminution moyenne de 8 % de la consommation de gaz. La pose de films réfléchissants isolants derrière les radiateurs en contact avec une paroi déperditive est aussi recommandée. Des vannes thermostatiques doivent être installées et une consigne donnée aux utilisateurs selon la température de chaudière décidée avec le chauffagiste. Celui-ci renseignera également sur les éventuelles conduites à isoler (dans des locaux non chauffés, perdant donc de la chaleur inutilement).

Enfin, mieux vaut aérer intensément durant quelques minutes (vannes thermostatiques momentanément fermées) les espaces non équipés de ventilation mécanique plutôt que de les chauffer constamment en ouvrant des fenêtres à moitié.

. Groupes de froid et gros consommateurs d'énergie

Les équipements frigorifiques consomment énormément. Regrouper les denrées dans un nombre réduit d'appareils est important, surtout si certains ne sont utilisés que ponctuellement. D'autres équipements sont à surveiller tout particulièrement : compresseurs, turbines…

. Éclairage

S'assurer de n'éclairer que les zones nécessaires est primordial. Si des lampes halogènes, fluocompactes ou TL sont souvent utilisées, elles doivent être remplacées par des lampes LED. Les commerces peuvent envisager de couper tout éclairage publicitaire (enseignes et vitrines) pour la nuit, par exemple à partir de 21 heures.

. Sensibiliser à l'utilisation rationnelle de l'énergie

Associer les membres du personnel à des actions en complément des changements techniques devrait être d'autant mieux accepté en cette période qu'elles se révèlent tout aussi utiles dans le privé : éteindre l'éclairage dans les espaces quittés et l'ensemble de la bureautique (ordinateur, écran…), utiliser prioritairement l'eau froide dans les sanitaires…

Le futur se prépare

Viser la réduction des consommations sur le long terme est de toute façon indispensable car de nombreuses contraintes réglementaires vont apparaître afin de respecter les engagements pris par les responsables politiques à l'horizon 2050 mais aussi déjà pour 2030 en matière d'émissions de gaz à effet de serre.

UCM aide au quotidien les TPME et indépendants à identifier les actions à mener ainsi qu'à décrocher les aides et financements disponibles. Dans la capitale, elle est associée à Bruxeo et Bruxelles Environnement dans le cadre du Pack Énergie. Une visite en entreprise, un rapport avec plan d'activité et un accompagnement dans la mise en œuvre et le financement des solutions sont réalisés gratuitement.

En Wallonie, c'est en tant que Facilitateur URE indépendants qu'agit UCM auprès des professionnels. Outre la question des consommations énergétiques au sein de l'activité, des diagnostics "bas carbone" sont établis en collaboration avec la Sowalfin sur fonds européens : ils intègrent l'économie circulaire aux business models des entreprises.

Voir du positif dans la situation dramatique actuelle serait inadéquat. Mais ce choc place la question énergétique au centre de toutes les préoccupations. "Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve" : les enseignements tirés rendront les activités économiques plus résilientes. Moins dommageables à l'environnement tout en étant moins vulnérables face aux menaces futures.

En savoir plus

Pour toute question quant aux actions immédiates à entreprendre ou pour des réflexions sur le long terme concernant l'énergie :

02/ 743 83 88 (Thomas Lepers)

info.energie@ucm.be

 

Autres dossiers se rapportant au même sujet

  • Tourisme d'affaires : les retrouvailles

    Après deux ans de pandémie, les événements d'entreprise ont repris. Ils ont même connu une effervescence au printemps. La tendance devrait se confirmer… sauf résurgence du Covid.

    Lire la suite
  • Cyber-assurances contre cyber-risques

    Depuis cinq ans environ, des assurances couvrant les dommages résultant de cyberattaques se sont multipliées sur le marché belge. Elles restent peu connues des PME.

    Lire la suite