Hönders

Construction générale et immobilier

Hönders, au service de la qualité

06/04/23

Fondé il y a vingt-six ans par un maçon indépendant ambitieux, le groupe Hönders s'est développé petit à petit pour devenir une référence à l'est du pays.

Clément Dormal

Compétence, qualité et technologie. Voici en quelques mots les valeurs prônées par le groupe Hönders, basé à Raeren, en Communauté germanophone, mais actif dans une partie de la Belgique et de l'Allemagne.

L'aventure a commencé en 1997 pour Serge Hönders, jeune maçon à l'époque. En quelques années, ce passionné du travail fonde son entreprise de construction générale. Suivront une société dans l'immobilier, une autre dans les terrasses couvertes et les protections solaires, une quatrième spécialisée dans les portes (de garage, industrielles et automatiques). Avant la création récemment d'une branche électricité et la rénovation de la Maison Visavis, destinée à l'événementiel (lire par ailleurs).

Au fil du temps, l'ancien maçon a vu évoluer la demande immobilière autour de lui. C'est encore plus vrai ces derniers mois, la crise énergétique échaudant de nombreux Belges. "Les gens ont peur, estime Serge Hönders. Après avoir envoyé un devis, on recontacte à chaque fois le client pour savoir s'il l'a bien reçu, s'il souhaite collaborer avec nous ou non. Ce que l'on constate, c'est que beaucoup de gens reportent certains travaux car ils sont effrayés par les prix de l'énergie. Ils ne savent pas à combien s'élèvera leur facture énergétique en fin d'année et cela les stresse."

En ce qui concerne les acquisitions, la demande d'appartements, surtout ceux supérieurs à 400.000 euros, a par exemple fortement diminué. Alors que les terrains à bâtir, de 70.000 euros à 200.000 euros, partent comme des petits pains. Cette différence commence à se faire ressentir dans le carnet de commande du groupe. Si, malgré la hausse des prix des matières premières, le travail ne manque pas, l'avenir s'annonce moins rose. "Plusieurs architectes m'ont dit que leur téléphone restait silencieux. Ils n'ont plus beaucoup de contrats pour des bâtiments neufs. En toute logique, ce problème arrive chez nous par la suite. Actuellement, nous avons encore du boulot car l'année passée a été chargée et que la météo a été vraiment moche ces derniers mois. Mais le futur nous inquiète. Les sollicitations pour des travaux de plus petite ampleur sont, elles, restées les mêmes", relève Serge Hönders. Selon lui, la situation dans laquelle se trouve le secteur ne semble pas émouvoir grand monde. "J'ai l'impression que la majorité des gens et des politiques ne réalisent pas ce qu'il se passe. Chacun vit sa vie, les restaurants sont bondés… Mais l'année prochaine, et surtout la suivante, vont être difficiles. Je ne l'espère pas, mais je le crois."

Retrouver du cœur à l'ouvrage

Un autre obstacle nuit au développement de l'entreprise : le manque de personnel compétent. Un constat posé depuis maintenant dix ans, et qui n'a jamais été aussi criant pour la boîte qui n'emploie que des Belges (et un Allemand). "C'est une véritable catastrophe depuis cinq ans", pointe le patron qui n'est pourtant pas totalement étonné de la situation actuelle. "Je pense que les gens n'ont plus envie de se salir les mains. Ils ne veulent plus porter quelque chose de lourd. Ils ont peur de la pluie, du soleil… Ils ont peur de tout. C'est vrai que les conditions peuvent être difficiles lorsqu'on travaille dans le bâtiment. Mais c'est une profession magnifique. Quand on voit ce qu'on peut construire, la complexité du métier, c'est incroyable." Cette difficulté à recruter provoque une hausse des salaires des ouvriers, qui sont désormais en position de force au moment de négocier leur rémunération. "Ils savent qu'ils sont dans un marché en pénurie, leur réaction est tout à fait humaine. Mais on finit par devoir les surpayer."

Si Serge Hönders déplore un manque de volonté politique pour lutter contre cette problématique, il appelle aussi à un changement de mentalités dans la société. Et partage sa propre expérience en guise d'illustration. "Je discute souvent avec mes amis et il arrive qu'on évoque ce problème. Mais quand je leur demande ce que leurs enfants feront dans la vie, ils répondent médecin ou ingénieur. Il faut donc effectuer un travail de sensibilisation. En tant que maçon, j'ai suivi mon apprentissage, j'ai passé mon bac. Il y a trente ans, mes amis rigolaient et s'interrogeaient sur ce que j'allais faire dans le bâtiment. Mais c'était ce dont j'avais envie. Je voulais créer quelque chose et maçon est un métier formidable. À un moment donné, ils n'ont plus rigolé. Mon statut d'aujourd'hui est plutôt enviable."

Des défis à relever

Malgré la conjoncture difficile, Serge Hönders regarde vers l'avenir avec un certain optimisme. "Les trois prochaines années vont être vraiment déterminantes. Notre défi est d'abord de nous stabiliser. Ensuite, on a encore des plans pour étendre nos activités et cela nécessitera de recruter des employés et des ouvriers", annonce l'entrepreneur. Le groupe a également plusieurs projets de lotissements actuellement à l'étude dans la région d'Eupen. "On souhaite lancer plein de nouvelles choses cette année. Je pense que le futur va être rude, ce ne sera pas aussi simple que ces dix dernières années, mais on va persévérer dans nos efforts."

La carte de l'événementiel

L'espace bar fait la fierté du propriétaire des lieux.

Le dernier-né des projets Hönders est la Maison Visavis à Raeren, une localité située à dix minutes d'Eupen. Cette ancienne maison de maître, inhabitée depuis 1970, a été rénovée par les différents métiers qui composent le groupe pour créer un établissement dans lequel peuvent être organisés des événements comme des mariages, des séminaires ou encore des fêtes d'entreprise. L'endroit a été imaginé pour allier modernité et touches anciennes grâce à des matériaux de qualité. Il est aussi désormais le siège social de la société. Plusieurs salles, pouvant accueillir jusqu'à 200 personnes debout, sont disponibles à la location. L'objectif à terme est une occupation environ quatre fois par semaine.

Outre cet aspect événementiel, la bâtisse a été pensée pour être une véritable vitrine de ce qu'est capable de réaliser le groupe Hönders : de la domotique avec notamment des clés remplacées par un lecteur d'empreintes digitales, du carrelage provenant d'Italie, un bar créé sur mesure, des châssis antibruit et un système de climatisation de dernière génération. "Si les gens voient que l'organisation de nos événements est professionnelle, ils se diront que cela se passe comme ça sur nos chantiers et qu'on travaille de manière qualitative. C'est important, car on essaie toujours d'avoir une relation proche et franche avec nos clients", résume Serge Hönders.

Une attention particulière a également été portée à l'aspect environnemental du lieu de réception, entre autres via l'isolation et les matériaux utilisés. Ajoutons que des panneaux solaires pointeront bientôt le bout de leur nez derrière le parking pour alimenter la climatisation et le dispositif de chauffage.

[ maison-visavis.com }

La Maison Visavis avant et après travaux.

Carte d'identité de l'entreprise

Groupe Hönders

Eupener Straße 6
4731 Raeren
087/ 85 18 90

Autres portraits de la même catégorie

  • Fan Grant

    Bulles & Co

    L'écologie au service de la propreté

    Depuis 2018, la société Bulles & Co propose aux habitants du Brabant wallon de nettoyer leur maison et de repasser leurs vêtements avec des mélanges plus respectueux de la nature, de la santé des travailleurs et du portefeuille de ses clients.

    Lire la suite
  • Michaël Labro

    Michaël Labro

    Le "docteur macaron" devenu Roi du monde

    Fondateur de PMSweet, l'autodidacte épris de pâtisserie est passé des balbutiements dans la cuisine familiale au trône de taulier mondial de la mignardise en moins de dix ans. Une success story complètement folle pour ce Liégeois de trente ans, élu manager de l'année 2023.

    Lire la suite