Raphaël Degey - Moulan SA

Chauffage, ventilation, sanitaire et tuyauterie industrielle

Grandir et garder l'esprit PME

09/05/18

L'entreprise verviétoise Moulan amorce sa centième année d'existence sous la direction de Raphaël Degey, représentant la 5e génération. Une entreprise de caractère familial, tournée vers le futur et la nouvelle gouvernance.

À la moitié du XIXe siècle, l'arrondissement de Verviers compte 42 % des entreprises textiles belges et 68 % de la main-d'œuvre. Rue aux Laines, une imposante bâtisse en colombages abrite l'entreprise de la famille Moulan. C'est une immense et véritable mercerie.

Juridiquement, la SNC Veuve Théodore Moulan existe depuis cent ans mais en 1875 déjà, la famille Moulan était dans le négoce et l'industrie. "Lorsque le barrage de la Gileppe fut érigé en 1885, Cyril Moulan fut chargé de la prise d'eaux du barrage, raconte Raphaël Degey (5e génération à la barre de la PME). C'est cet ouvrage qui a donné un véritable essor à l'économie régionale, avec la construction d'un réseau de distribution d'eau dans la ville." La famille a saisi l'occasion de développer un commerce de tubes et de robinetterie à destination des professionnels. C'est toujours le core business de la PME Moulan, aujourd'hui forte de 34 équivalents temps plein et installée dans le zoning industriel de Chaineux (Verviers). Elle est principalement active en chauffage, ventilation, sanitaire et tuyauterie industrielle.

En janvier dernier, Raphaël Degey est devenu administrateur délégué unique, après plus de dix-neuf ans de carrière répartis à tous les échelons de la PME. "Déjà étudiant, je travaillais dans l'entreprise. Je balayais, assurais les livraisons en camionnette, travaillais au magasin. Au sortir de mes études, je suis devenu commercial et cela a duré quatre ans. Être sur la route est une formidable école, j'ai appris tout le catalogue (23.000 références), les contacts clients et les rouages de l'entreprise", résume le jeune chef d'entreprise, dont le frère et la sœur se sont eux inscrits dans les voies politique et sociologique.

Gouvernance et éthique

"Il est temps que notre PME acquière une image plus jeune et dynamique. Notre actionnariat, c'est dix-sept membres de la famille, dont six au conseil d'administration et quatre actionnaires à cheval sur deux générations. J'ai toujours vécu dans l'environnement de l'entreprise, je me souviens de mon grand-père remplissant à la main ses grands livres d'inventaire, le soir dans le salon familial. Une PME, on y met de l'affect, ça crée un attachement comme nulle part ailleurs. Mais il faut bouger ! Une des étapes clés fut de quitter en 2003 le site de la rue aux Laines, qui n'était absolument pas adapté au développement moderne et logistique de Moulan. Nous avons alors construit un bâtiment mitoyen à celui que nous possédions déjà à Chaineux, soit 10.000 m² de stock et 2.000 autres en administratif." L'informatisation du stock avec l'introduction du scanning, au moment du déménagement, fut aussi un grand tournant.

"Ce serait mentir de dire que c'est facile. Être à la tête d'une PME reste un travail d'équilibriste, de rapports entre les générations. Ce qui est important, c'est de formaliser la gouvernance, pour laisser le moins de place possible à l'affect, et de bien faire la segmentation entre la famille et les enjeux entrepreneuriaux. Il faut imposer une éthique qui soit claire, limpide, transparente pour tout le monde et qui aide à diriger l'entreprise", résume Raphaël Degey.

 

Carte d'identité de l'entreprise

Moulan SA

Zoning industriel de Petit Rechain 28
4650 Chaineux

Cent ans... et après ?

Moulan nouvelle génération, c'est en outre la célébration du centenaire. Les racines solides permettent de mieux construire l'avenir. Ainsi, l'entreprise a entamé un virage communication et marketing, qui se concrétise par un nouveau logo, un catalogue online, le lifting du site internet, une page Facebook, un profil LinkedIn et le programme "Prix 100 concurrence" (actions promotionnelles) mis en place avec les fournisseurs. Des "cadeaux comptoirs" ponctuent également la visite des clients. Le 1er juin, une grande soirée rassemblera personnel, clients, partenaires et fournisseurs. "Désormais, nous voulons communiquer sur les succès, nos développements et engagements, les nouveaux produits et nos activités internes pour accroître l'esprit d'entreprise. Je pense que c'est porteur puisque le personnel organise lui-même des activités de loisirs. Cela change indiscutablement les relations de travail. Cet esprit d'entreprise de proximité fait partie de nos valeurs", décrit l'entrepreneur verviétois.

Conscient de la difficulté de mener à bien sa tâche, le jeune quadragénaire a parfois des moments de doute. "Une transition n'est jamais facile et je défends les intérêts de l'entreprise à 100 %. Je peux toutefois la quitter si nécessaire car je pars du principe qu'il faut prendre du plaisir à la tâche. Je suis papa de deux petites filles que rien n'obligera à suivre la voie de l'entreprise familiale. Je suis un entrepreneur connecté mais pas au détriment de ma famille. Mon épouse est kiné indépendante, nous avons à cœur que notre esprit "boulot" n'interfère pas dans notre équilibre." L'avenir de Moulan, c'est aussi un nouveau management dit participatif. Raphaël Degey a fondé une nouvelle équipe de direction et tient des réunions hebdomadaires, dans un esprit de transparence. Il a de surcroît nommé un chef d'atelier, des seconds et travaille, sauf échanges confidentiels, sur le paysager.

"Notre centenaire sera également marqué par la digitalisation de nos documents et factures. Ce procédé va libérer du temps que nous pourrons affecter à d'autres tâches comme le suivi clients, tandis qu'à moyen terme (dans les cinq ans), une partie du stock sera automatisé, au nom de la concurrence, principalement virtuelle."

"Ce nouveau challenge a fait évoluer notre stratégie et notre façon d'envisager nos relations avec les fournisseurs. Le défi du futur, c'est de permettre à l'entreprise Moulan de se transformer, de se moderniser pour qu'elle perdure. Nous sommes à la croisée des chemins car nous devons réussir à rester une PME familiale, mais moderne et équipée pour affronter la transformation."

Autres portraits de la même catégorie

  • Bruno Bériot et Carine Deby

    Tous les jours, améliorer sa qualité de vie

    Bruno Bériot a créé la méthode de coaching Body Concept Training, aujourd'hui proposée en Belgique, au Luxembourg et en France par 53 coachs.

    Lire la suite
  • Laetitia et Alessandro Biasucci

    Persévérer et avancer

    Ils sont jeunes, débordent d'idées et entreprennent en préservant leur vie de famille. Laetitia et Alessandro Biasucci gèrent en duo leur groupe de fournitures italiennes à Liège. Et ce n'est que le début !

    Lire la suite