Accord social 2019-2020
Feu vert patronal, avenir incertain

Le "Groupe des dix" (cinq représentants des employeurs et cinq syndicalistes) a conclu un projet d'accord interprofessionnel 2019-2020. Il concerne l'ensemble des salariés du secteur privé. Il fixe un cadre aux négociations sectorielles et d'entreprise, et garantit ainsi la cohésion du monde du travail et une relative paix sociale.

Il fixe la marge maximale pour les augmentations salariales. Les négociateurs se sont entendus sur 1,1 % au-delà de l'inflation. Celle-ci est estimée à 3,44 % en deux ans. Vu l'indexation automatique, les salaires pourraient donc croître de 4,54 % en deux ans. Une réflexion est prévue pour relever encore le salaire minimum, si possible sans augmenter les coûts pour les entreprises.

Davantage de souplesse est apportée aux employeurs puisque le nombre maximal d'heures supplémentaires sera porté de 100 à 120 par an.

La part des frais de déplacement à charge des employeurs est quelque peu augmentée. Les partenaires sociaux poursuivront leur travail pour simplifier la situation existante et favoriser l'utilisation de moyens de transport durables et donc la mobilité.

Un régime d'activation de l'indemnité de préavis sera élaboré afin de faciliter la remise à l'emploi des personnes licenciées.

Les administrateurs de l'UCM ont approuvé à l'unanimité le texte négocié, au nom des indépendants et PME francophones, par le président Pierre-Frédéric Nyst. Les autres fédérations d'employeurs (FEB, Unizo, Boerenbond) ont aussi donné leur aval. Côté syndical, les réticences restaient vives au moment de boucler ce magazine. Deux grands partis flamands (N-VA, Open VLD) rejetaient un volet de l'accord qui reporte certaines mesures d'allongement des carrières. Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine (MR) critiquait la décision d'augmenter les pensions minimales (de 2,4 %) sans limiter la hausse aux carrières complètes.

Le sort de l'accord est donc très incertain. Mais par son existence même, le projet pèsera de toute façon sur la suite des événements.

Autres actus se rapportant au sujet

  • Paiements électroniques
    La baisse des tarifs ne se fait pas sentir

    Depuis 2015 le prix a baissé de 2 % à 26 %. Alors pourquoi les commerçants ont-ils un ressenti différent ?
    Lire la suite
  • La musique doit se payer
    Unisono, la plateforme qui simplifie les démarches

    Il faut payer des droits d'auteur à la Sabam et des droits dits voisins à la Simim et à Playright. Cela fait des années qu'UCM demande à ces trois sociétés de s'harmoniser. Message reçu.
    Lire la suite
  • La CSC affilie des indépendants
    Le syndicat chrétien ratisse (trop) large

    Si la CSC se pique de défendre les indépendants, elle devrait réclamer l'égalité en matière de pension, la baisse des cotisations à 20 %...
    Lire la suite
  • Nouveau congé parental
    Un dixième temps : l'employeur peut refuser

    La nouvelle formule à un dixième temps peut être refusée. C'était une exigence UCM...
    Lire la suite