Contrôles sociaux
Une charte veut les humaniser

Subir un contrôle des lois sociales est une épreuve. Une charte donne enfin aux inspecteurs des obligations claires. C'est une initiative du secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale, Philippe De Backer (Open VLD) (photo). Le texte a été signé par les cinq services concernés (ONSS, Contrôle des lois sociales, Inasti, Inami, Onem), par les organisations d'employeurs (FEB, UCM, Unizo, Agrofront) et par les ministres Kris Peeters (Emploi), Maggie De Block (Affaires sociales) et Denis Ducarme (Indépendants et PME).

La charte promet une collaboration des différents organismes pour regrouper les contrôles. Les inspecteurs devront s'identifier, ne pas interrompre le service aux clients, faire preuve de "discrétion et de confiance", dialoguer et informer sur la suite des événements.

Le président de l'UCM, Pierre-Frédéric Nyst, a signé la charte avec espoir : "Le contrôle est une mission de service public et je me réjouis que les inspecteurs soient clairement chargés d'informer et d'accompagner si besoin. Il est essentiel que les services de contrôle s'entendent pour ne pas harceler les chefs de PME et fassent la différence entre la fraude et la simple erreur."

Autres actus se rapportant au sujet

  • Allonger le congé de paternité ?
    Une fausse bonne idée pour les PME

    La Chambre débat de propositions de loi sur le congé de paternité. Au lieu des dix jours actuels, le PS veut vingt jours, Écolo vingt-cinq.
    Lire la suite
  • Formations UCM Academy
    Une aide financière à portée de main

    Le partenariat entre UCM et l'Association pour la promotion des PME permet une réduction de 50 % sur le coût de chaque formation.
    Lire la suite
  • Cotisations sociales
    Achever la réforme

    Depuis 2015, les indépendants paient leurs cotisations sociales (20,5 %) sur leur revenu brut de l'année en cours. Si l'ajustement à la hausse peut se faire sans problème, c'est plus compliqué quand les revenus baissent.
    Lire la suite
  • Secteur cherche travailleurs
    La construction veut corriger son image

    Le secteur de la construction tire la sonnette d'alarme. En Wallonie, près de 5.000 postes sont à pourvoir.
    Lire la suite