Diffusion de musique
Unisono simplifie la vie

Diffuser de la musique auprès de ses clients (magasin, restaurant, salle d'attente…) ou de son personnel (atelier, bureaux, fêtes…) oblige le chef d'entreprise à payer des droits. Il existe une multitude de tarifs. Le coût va de 260 euros par an pour un titulaire de profession libérale à 750 euros pour un restaurant de grande taille.

Jusqu'à présent, il fallait obtenir deux licences : l'une pour les droits d'auteur, payés à la Sabam ; l'autre pour les droits dits voisins ou rémunération équitable, payés à la Simim (producteurs) et à Playright (interprètes). À partir de ce 1er janvier 2020, indépendants et chefs de PME n'auront plus qu'un seul interlocuteur : Unisono.

C'est une simplification considérable ! Sur une plateforme web, il sera possible d'ouvrir un compte personnel MyUnisono, pour demander sa licence, suivre son dossier en temps réel et effectuer des simulations de tarif sans engagement. Ce sera aussi un point de contact unique, avec un formulaire en ligne, pour toutes les questions liées à la diffusion de musique.

Les starters peuvent compter sur le Guichet d'entreprises UCM pour leur donner accès à Unisono. Les indépendants et PME qui ont des licences en cours ne doivent rien faire : le transfert sera automatique. La fusion des droits d'auteur et droits voisins n'entraîne aucune modification de tarif. Elle donnera lieu à des régularisations : certains indépendants ou chefs de PME sont passés sous le radar d'un côté ou de l'autre et n'ont qu'une seule licence. En 2020, via Unisono, ils devront payer la totalité des droits, mais sans effets rétroactifs.

[ unisono.be }

Autres actus se rapportant au sujet

  • Chômage temporaire massif
    Les jours de vacances annuelles s'accumulent

    C'est une situation embarrassante pour les entreprises, qui ont besoin de mettre les bouchées doubles d'ici décembre afin de récupérer une partie des pertes du confinement.
    Lire la suite
  • Maternité des salariées
    Charges supplémentaires pour les employeurs

    La nouvelle loi pénalise doublement les employeurs.
    Lire la suite
  • Maladie du travail
    Extension

    La reconnaissance du Covid-19 était comme maladie professionnelle s'étend aux travailleurs des secteurs cruciaux ou essentiels actifs durant le confinement.
    Lire la suite